Vins & spirits

Les caves blanches contribuent à l’amélioration des Champagnes, des Alsaces et des Chablis

Auteur : Mohamed Najim et Etienne Gingembre
Article publié le 8 juin 2022

[Les pépites de la révolution viticole] Les coopératives organisaient la viticulture « blanche » jusque dans les années 30, avant que les AOC ne fassent leur apparition. Comme pour la viticulture « rouge », elles jouent un rôle essentiel selon les auteurs de Quand le vin fait sa révolution (Ed. du Cerf, 2021) pour améliorer la qualité des vins en diffusant les principes de la « révolution viticole ». Mohamed Najim et Etienne Gingembre présentent trois caves emblématiques et incontournables : La Cogevi (Champagne Collet) s’illustre dans la Vallée de la Marne, tandis que La Chablisienne et La Cave d’Eguisheim Wolfberger se sont imposées comme les locomotives de leurs vignobles.

Une vocation de défense de la profession en période de crise

Dès le début du XXe siècle, suite à la création de la Cave de Chamery, dans la Grande Montagne de Reims, les coopératives jouent un rôle décisif dans la construction administrative de la Champagne viticole. Il s’agit de jeter les bases d’une appellation qui ne sera déposée qu’en 1936 et bien sûr de lutter contre les fraudes. Comme le rappelle la révolte des vignerons de 1911, l’histoire du vignoble le plus prestigieux du monde n’a pas toujours été un long fleuve tranquille.

Les coopératives blanches partagent avec leurs sœurs rouges de France méridionale une vocation de défense de la profession en période de crise. Ce qui s’est passé en Champagne avant la Grande Guerre n’épargne pas l’Alsace qui est alors allemande. C’est aussi pour faire face aux difficultés qu’en 1902 les vignerons des bords du Rhin créent la Cave coopérative d’Eguisheim. Aujourd’hui, les 420 coopérateurs ont considérablement amélioré la qualité de leurs cuvées, désormais commercialisées sous la marque Wolfberger.
Dans les régions blanches du nord de la Loire, le syndicalisme de défense des terroirs n’est pas une exception. Il a aussi fait son apparition en Bourgogne après la première guerre mondiale. C’est à l’initiative d’un homme d’église, l’abbé Balitrand, que les vignerons de Chablis se sont en effet associés dès 1923 pour affronter la crise viticole de cette époque.

La Coop, vecteur d’excellence des vignobles

Aujourd’hui le mouvement coopératif n’est plus seulement un outil de lutte contre les difficultés économiques. C’est aussi un vecteur d’excellence des vignobles. Les caves sont désormais des locomotives capables de faire monter en qualité toute une appellation. Les coopérateurs, bien sûr, mais aussi les propriétés qui travaillent dans leur environnement. C’est ainsi que les trois caves retenues proposent des cuvées de qualité, voire d’exception, à des tarifs toujours très raisonnables.

La Cogevi a fait le choix des champagnes d’exception

Les Vignes de la Cogevi sous la marque Champagne Collet dans la Côte des Blancs Photo DR

Si elle ne date pas de la Belle Epoque, la Coopérative Générale des Vignerons (Cogevi) a été fondée tout de suite après, en 1921. C’est la plus prestigieuse des 132 coopératives champenoises, lesquelles regroupant 14 000 coopérateurs. Sise à Aÿ, au cœur des grands crus de la Vallée de la Marne, cette cave regroupe 870 coopérateurs qui cultivent 810 hectares répartis sur 160 villages et bien sûr les autres grands vignobles que sont la Grande Montagne de Reims et la Côte des Blancs. La Cogevi, qui commercialise ses vins sous la marque Champagne Collet, propose 12 belles cuvées de gastronomie.
Un exemple ? Son Brut Art Déco Premier Cru (34 euros) est un assemblage exceptionnel de 20 crus sélectionnés, dont 7 grands crus et 13 premiers crus : 40% de chardonnay en provenance de Vertus et de Villers-Marmery, apportent de la fraicheur, de la tonicité et des notes d’agrumes ; 40% de pinot noir d’Aÿ et Hautvillers donnent de la richesse et de la puissance ; enfin le pinot meunier de Ville-Dommange transmet de la rondeur et de la souplesse.
A déguster avec des viandes blanches comme le pigeonneau.

La Chablisienne vinifie 13 premiers crus et 7 grands crus

Le caveau de la Chablisienne concentre le quart de la production de chablis

Son poids dans le terroir – le quart de la production de chablis – lui interdit de rater les évolutions. De fait, La Chablisienne que nombre d’observateurs tiennent pour la meilleure coopérative de France avance sans faux pas. « La qualité de ses vins la situe dans le haut du panier parmi la douzaine de très bons producteurs de l’appellation », estime Jacques Dupont dans « Le Point ». Elle vinifie 30 cuvées, dont 7 grands crus, au premier rang desquels le mythique Château Grenouilles, et 13 premiers crus. Ses vins sont tranchants, vifs, modernes, par opposition aux blancs puissants et gras des années 1990.
Avec ses 322 adhérents, la structure dirigée par Damien Leclerc s’est faite le chantre de la minéralité :

  • Le Finage (14 euros) est une cuvée fruitée et aérienne, avec les arômes de vanille et de poire,
  • Les Vénérables (17 euros) est intense et minérale avec un nez de pain grillé, de noisette et des arômes citronnés
  • La Sereine (15 euros) est dense et aromatique, avec du zeste et des tons briochés.

La Cave d’Eguisheim tient le haut du pavé dans les Alsaces

Les coopérateurs d’Eguisheim renforcent la réputation de la marque Wolfberger.

Les pinots blanc, gris et noir… Mais aussi le sylvaner, le riesling, le gewurztraminer, autres cépages de tradition alsacienne. Sans oublier sa gamme de crémants et, surtout, ses 15 Grands Crus d’Alsace, la maison Wolfberger est sûrement la plus prestigieuse coopérative de la région. Comme on est à Eguisheim, au sud de Colmar, la cave est aussi connue comme la coopérative du village. C’est aussi la plus puissante des caves alsaciennes, avec 1 200 hectares de vignes dont 48 en Grands Crus sur 90 kilomètres de vignoble, et 13 millions de bouteilles vendues.
Alors que vous conseiller ?

  • Le riesling Collection Signature 2021 (8,10 euros la bouteille) au nez intense de fruits frais, aux notes d’agrumes, de poire avec une pointe de fleurs blanches.
  • Ou encore le Gewurztraminer Vieilles Vignes 2020 (10,10 euros) qui développe des effluves épicés de cardamome et de cannelle et des notes de fruits mûrs.

En savoir plus sur la révolution viticole

Lire : Quand le vin fait sa révolution, Etienne Gingembre et Mohamed Najim, Ed. du Cerf, 2021, 288 p., 20€, et sa « constellation de vins d’exception, de vins de gourmandise, de vins de saveurs, de vins d’émotion »

En savoir plus sur les Coopératives « blanches » retenues :

Wolfberger, Cave Equisheim, 6 Grand’Rue, 68420 Eguisheim – Tél. : +33 3 89 22 20 20

Partager

Articles similaires

En pleine renaissance, le vignoble palestinien est dynamisé par des talents à découvrir

Voir l'article

Des rouges légers, pour chatoyer votre été

Voir l'article

Les caves rouges du Sud boostent les vins du Rhône, du Gers et de Buzet

Voir l'article

Le Domaine Mérieau, le Château de Chamilly et le Château Ricardelle font étinceler leurs cépages traditionnels

Voir l'article