Mécaniques

Sur mon VAE Courcelles de Voltaire, je roule en fauteuil

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 12 mai 2021 – revu le 24 avril 2023

[Singulars teste pour vous] Sur le marché en plein boom de la mobilité urbaine, la marque Voltaire propose un vélo à assistance électrique (VAE) Courcelles doté de jolies qualités : confort, maniabilité et design. Le reporter de Singular’s a traversé Paris dans tous les sens pour les vérifier à l’épreuve du terrain urbain.

Voltaire. Un drôle de marque pour une bicyclette électrique.

Singular’s a testé le Courcelles Voltaire dans son usage de prédilection; l’espace urbain

A priori, l’affaire n’a rien d’intellectuel. Il s’agit surement de prouver qu’on peut profiter d’un vrai confort en pédalant dans les rues de Paris. Première atout : la selle.
D’ailleurs, Grégoire Lieurade, l’un des deux fondateurs de voltaire.bike reconnait avoir testé quelques dizaines de modèles avant de sélectionner la selle idoine. A la fois esthétique et confortable pour le cycliste de moyen. Les poignées en cuir cousu, sont assortis à la selle. En fait, le design du Courcelles Voltaire a été particulièrement soigné. Plus joli qu’un vélo hollandais, orné de jolies couleurs métallisées, bleu nuit, noir pétrole ou vert anglais, le Courcelles Voltaire hausse le niveau de l’offre d’une bicyclette à assistance électrique, dédié à la mobilité urbaine.

Des preuves ? Commençons par le cadre, taille basse qui permet à un homme ou une femme de monter ou descendre sans peine. Le guidon assure ensuite une position bien droite. Les concepteurs ont opté pour une transmission par courroie. Avantages, on ne se salit pas, il n’y a pas besoin de remettre la chaine quand elle saute, et le démarrage s’effectue très aisément. Inconvénient, on aimerait parfois exploiter un dérailleur pour augmenter le braquet, surtout sur le plat.

Des grimpettes sans trop de peine

Surtout que selon les nouvelles normes, ce vélo à assistance électrique est limité à 25km/h. A moins de pouvoir pédaler plus vite et plus fort que Primoz Roglic et Tadej Pogacar, ce qui est très peu probable.

Courcelles Voltaire, tous les détails comptent pour un AVE confortable

Pour notre essai, nous avons parcouru une petite trentaine de kilomètres dans Paris, traversant la Seine plusieurs fois sans craindre le vent, et escaladant de façon résolue des rues aussi pentues que celle du Cardinal Lemoine dans le cinquième arrondissement, du fleuve jusqu’à la place du Panthéon, ou la rue de Londres le long de la gare Saint-Lazare.
Le Courcelles Voltaire n’est pas une mobylette, et il faut pédaler. Mais même le journaliste de Singular’s, un quasi vieillard habillé en pingouin a réussi à franchir ses obstacles, sans qu’une seule goutte de transpiration ne lui dégouline dans les yeux !
Autre point positif, ses freins à disque hydraulique se révèlent à la fois puissants et souples. On peut vraiment piler sans passer par-dessus le guidon. La bicyclette possède un éclairage avant et un feu arrière bien rouge. Le Courcelles Voltaire est doté d’une double béquille centrale à l’arrêt, pour éviter de le poser contre un mur.

Du cadenas intégré au tracker GPS, un vrai système de sécurité

Atout sécurité du Voltaire; le cadenas intégré pour des arrêts courts

Un cadenas à clé permet de bloquer la roue arrière pour des arrêts brefs. Sinon, prévoyez un antivol supplémentaire.
Et si vraiment un voleur, désire s’emparer de votre engin, il n’ira pas très loin : le Courcelles Voltaire est équipé d’une alarme et d’un tracker GPS. Si la bicyclette est déplacée, une alarme se déclenche par un bip sonore (pas très puissant), et surtout le tracker permet de suivre le voleur à la trace. Une batterie complémentaire située discrètement dans le cadre du vélo alimente le tracker. Les alertes sont envoyées sur une application chargée sur le smartphone du propriétaire. Un petit écran est placé sur la potence du vélo avec un indicateur de vitesse et une jauge de consommation. Toute l’électronique du vélo est d’ailleurs contenue dans le tube de la fourche. Enfin, autre bon point, l’assistance électrique du Voltaire est assurée par une batterie amovible cylindrique placée dans le tube sous la selle du vélo. Il suffit de soulever la selle pour extraire la batterie et la mettre à charger. Il faudra compter deux heures pour une charge complète. L’autonomie varie selon la puissance sélectionnée : 50 ou 80 kilomètres.
De quoi circuler tranquillement plusieurs jours avant de la recharger.

La sellerie du Voltaire, un atout clé pour le rendre confortable

Une relation à domicile

A noter, dernier atout d’une offre exemplaire ; en cas de problème, le service après-vente vient chercher le vélo à domicile.
Aujourd’hui, le Courcelles Voltaire est exclusivement commercialisé sur le site du constructeur au prix de 2 400 euros, un tarif plutôt concurrentiel vu les prestations.

#Robert Mauss

Informations sur Voltaire

La promesse : Tester pour l’adopter

  • Des essais dans Paris sont proposés aux clients sur rendez-vous
  • Livraison gratuite sous trois semaines.
  • Vélo livré monté et prêt à rouler.
  • Deux semaines d’essai.

Fabrication : le Courcelles de Voltaire est assemblé en France par Cycleurope

Prix : 2 390€, en une ou trois fois sans frais. Ou 75,50 € par mois pendant trois ans, soit 2 718 euros.
Voltaire propose un système de financement avec Sofinco et une assurance avec Allianz.

  • Moteur de 220 W situé dans le moyeu arrière
  • Deux modes d’assistance Vif et Eco
  • Autonomie jusqu’à 80 km
  • Transmission par courroie
  • Freins à disque hydraulique
  • Poids 20 kg
  • Panier en option

Partager

Articles similaires

La 3e édition du Rallye des Aventurièr(e)s reste 100% Solidaires contre le cancer

Voir l'article

Le Bus Toqué permet de déguster Paris de haut

Voir l'article

La première édition de La Route des Légendes renoue avec la nostalgie du Paris-Dakar

Voir l'article

L’ergonomie déroutante de la Volvo EX 30 electric atténue le plaisir de conduite

Voir l'article