Tout roule pour la Moke nouvelle génération

Rencontre entre deux salons avec le groupe Burby’s installé à Villefranche Sur Saône (69). Burby’s est né de la fusion des noms de Jean-Christophe Burnichon et de la famille Bouhy. Ensemble ils sont distributeurs de Golfettes depuis 2005 et se sont engagés dans la conception de Moke en 2014. Introduction en bourse, nouveau showroom, production française… L’avenir leur sourit.

Tout roule pour la Moke nouvelle génération

Elle sait attirer l’attention (au Mondial Paris Motor Show 2018). Photo Pierre d’Ornano

Moke : un must des années 1960/1970 ressuscité

Le véhicule de la plage et du soleil par excellence, plébiscité par Brigitte Bardot a régné pendant 25 ans sur une bonne partie des côtes. La Mini Moke s’est fait, entre autre, connaître par sa présence dans la série Le Prisonnier (67-68), avec Patrick McGoohan à son volant. Mais voilà qu’en 1990 la production s’arrête, après avoir écoulé un total de 50 000 modèles par an. En 2014 le groupe Burby’s reprend la marque alors tombée dans le domaine public et dépose un nouveau dessin, très proche de l’original. Avec Moke, l’entreprise de la région lyonnaise ajoute plusieurs cordes à son arc, en plus de celle de distributeur, en devenant concepteur et bientôt constructeur. Moke propose cinq versions et trois modèles : la MokyBeach, la BeachMoke et la JumMoke. Deux moteurs électriques et un essence de 500 mètres cubes. L’hybride n’a pas été retenu.
En ce qui concerne les véhicules deux places la vitesse limite est de 45km/h. Les heureux propriétaires peuvent les conduire dès le BSR en poche, soit à peu près à l’âge de 14 ans, ou en cas de retrait de permis.

Tout roule pour la Moke nouvelle génération

A gauche, 1er plan : Jean-Christophe Burnichon et Marine Bouhy, directeur général et présidente du directoire de Moke Burby’s. A droite Clémentine Bouhy, responsable de la communication et du marketing. Photo © DR

La highway, à 120 km/h, je m’en moke !

Mais pour les amateurs de sensations et de vitesse, la nouvelle collection 2019 devrait vous ravir. Le 4X4 Jummoke 4 places pourra rouler sur autoroute avec une vitesse de pointe de 120km/h, soutenue par une batterie en lithium aux 200 km d’autonomie. Elle est en cours d’homologation et sera présentée au printemps de l’année prochaine. Chez vous à partir de 33 000€.
L’innovation majeure apportée par Burby’s à Moke est d’être passé d’un véhicule en acier à l’aluminium. Ce métal assure une légèreté sans égal, ce qui permet de compenser aussi le poids des batteries en lithium ou plomb. Enfin, l’aluminium ne se corrode pas, point essentiel pour une voiture destinée à côtoyer les milieux marins très iodés.

Tout roule pour la Moke nouvelle génération

Le choix de l’aluminium permet « d’affronter » les milieux trop iodés, comme Saint-Tropez… Photo © Pierre d’Ornano

Selon Jean-Christophe Burnichon, Moke est le troisième ou quatrième véhicule de l’acheteur, qui apprécie les multiples possibilités de customisations. Le véhicule peut être personnalisé au niveau de sa teinte, de la couleur du bikini top (60 couleurs au catalogue) et des couleurs de ceintures. L’hôtellerie de luxe comme la SBM (Société des Bains de Monaco), fait appel à leur service car la voiture incarne cet esprit mer et luxe présent sur ses côtes.

Pour les moins frileux d’entre vous et adeptes des sports d’hiver en montagne, Moke répond à votre demande avec un véhicule à la fermeture souple et un moteur batterie en plomb.

Tout roule pour la Moke nouvelle génération

La Moke range Saint-Tropez. Photo © DR

Côte d’Azur, Arcachon, Corse, Île de Ré… la « Moke attitude » gagne

Au total, Moke est présente dans 120 pays. En ce qui concerne la France, il y a bien sûr la fidèle Côte d’Azur, mais aussi bientôt Arcachon, la Corse et l’Île de Ré. Rapatrier la construction de Moke de Chine en France est l’occasion pour la société de pouvoir pleinement maîtriser la qualité premium, assurer le montage et l’assemblage. Mais aussi de continuer les relations avec les artisans locaux pour tout ce qui est selleries, finitions et customisation. L’occasion aussi de développer toute une gamme de voitures électriques et essence, au nombre de place variables. Et ainsi, d’atteindre ses objectifs en termes de qualités, prix et volumes.

Tout roule pour la Moke nouvelle génération

La Moke, à la sortie des ateliers de Burby’s à Villefranche sur Saône (France). Photo © Victoire de Faultriers-Traver

Niveau concurrence, la Moke de Burby’s est à part, mais citons tout de même Citroën qui relance la Méhari en version électrique, la E Méhari, proposée à partir de 25 500€. Bien avant eux, BMW a repris la Mini et se situe lui aussi sur le secteur premium et une déclinaison en haut de gamme de plusieurs modèles.
Mais avec les accueils enthousiastes aux salons de Monaco, Genève, et Paris, Burby’s ne tremble pas face à la concurrence, sûre de l’existence du marché et de la demande croissante dans son secteur.

 

En avril prochain, Moke bénéficiera d’un tout nouveau showroom, situé en bord de l’autoroute A6 ce qui lui donnera une grande visibilité. Un garage et les bureaux de la société seront dans ce lieu unique. Reste à savoir où sera l’usine de construction made in France de la Mini Moke. En attendant, revenons sur l’autre activité de l’entreprise : les Golfettes.

Burby’s en mode distribution

Depuis 2005 la société propose toute une gamme hétérogène de Golfettes à la vente, location longue durée, ou à la location avec option d’achat. Ces véhicules 100% électriques vont de deux à 29 places. Burby’s fournit la plupart des régions du monde comme les Dom Tom, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Île Maurice, Tahiti, la Thaïlande, les Caraïbes, Madagascar, les Seychelles ou encore l’Europe.
Parmi la cinquantaine de modèles distribués citons, l’ambulance, le shuttle ou encore le corbillard. La clientèle des Golfettes est autant variée (hôpitaux, hôtels/tourisme, aéroports, musées, loisirs, etc.) que le nombre de modèles. Burby’s la trouve grâce à internet, mais aussi dans les salons qui leur servent de vitrines d’exposition et en remportant des appels d’offre, comme ce fut le cas dernièrement avec le Musée du Louvre. Cette année, 15 golfettes Eagle – bien sûr électriques – ont été livrées au service technique du musée  (10 supplémentaires le seront l’an prochain). Elles circulent désormais dans les galeries souterraines du musée pour acheminer tout type de matériel, dont la restauration.

Au niveau des nouveautés, un bus de 17 places en cours d’homologation en Europe. Pour 2020, une Golfette autonome sur site privé est développée conjointement par le chinois Eagle, le MIT et l’Université de Singapour. Cette voiture électrique munie de nombreuses caméras et de nombreux capteurs peut se réjouir de premiers tests concluants : le véhicule s’arrête devant un danger immédiat. Affaire à suivre donc, tout la prochaine introduction en bourse du groupe.

Le groupe Burby’s va ainsi tenter de séduire la Palais Brongniart. L’introduction en bourse est prévue pour janvier 2019, sur Euronext Paris. L’entreprise espère lever sur le marché 4 millions d’euros, soit le chiffre d’affaire réalisé par les deux activités de Burby’s (2,5 millions par les Golfettes et 1,5 millions par la Moke). La cote de sympathie, chez Singular’s, de la Moke est élevée, ce qui constitue déjà un certain « capital ». Gageons que les investisseurs seront également séduits, car outre que l’entreprise est dans l’air du temps (de l’électrique), elle l’a avant transcendé en redonnant vie à une voiture mythique…