Vins et spirits

Les choix de Frédéric Turpaud du Divellec : Le Domaine de Ravanès, visionnaire méconnu

Auteur : Frédéric Turpaud, maître sommelier du Divellec, Maître Sommelier de l’Union de la Sommellerie Française
Article publié le 24 novembre 2020

En solidarité avec les vignerons, Frédéric Turpaud de l’Union de la Sommellerie Française poursuit ses coups de cœur pour Singulars. Le Chef Sommelier du Divellec a retenu Le Domaine de Ravanès qui a redonné un avenir radieux aux vins occitans. Producteur de vins de garde, il est un des rares domaines en Languedoc à proposer encore des vieux millésimes, en bouteille ou en magnum.

Guy Benin et son fils Marc les visionnaires du Domaine de Ravanès © Domaine de Ravanès

Guy Benin croit en son terroir

Installé au nord-ouest de Béziers, Guy Benin plante dès le début des années 70 des cépages atypiques pour la région : du Merlot, du Cabernet-Sauvignon. Puis du Petit Verdot au début des années 90 avec son fils Marc. Les premiers vins commercialisés issus du millésime 1979 détonnent avec l’ambiance morose du Languedoc viticole des années 70-80.

Alors que personne ne croyait à un avenir radieux des vins occitans, le maître du Domaine de Ravanes est déterminé et croit en son terroir de graves argilo-calcaires, chaud et sec mais parfaitement exposé, et qu’il bichonne tel un jardin. Des rendements faibles, vendanges à la main, sélection parcellaire, longs élevages. Le ton est donné, les vins seront grands ou ne seront pas.

Qui veut d’un vin du Languedoc au début des années 80 ?

Le Domaine de Ravanes est en culture bio depuis 2011 © Domaine de Ravanes

Les débuts de la commercialisation ne se font pas sans mal. « Même s’il est très bon, mes clients n’en voudront pas » dixit un restaurateur de l’époque … Guy se lance alors sur l’export, notamment aux Etats Unis, les importateurs voyant dans ses vins plus un « vin français » qu’un vin du Languedoc. Il accompagnera lui-même une livraison pour le Texas, l’Arizona ou la Virginie, aventure inédite pour un vigneron biterrois à l’époque. Années après années, il affine ses méthodes de culture, d’élevage.

Marc Benin diversifie la gamme © Domaine de Ravanes

Marc Benin, son fils passe en culture Bio

Et quel héritage ! Exercice difficile que celui de perpétuer l’âme du domaine familial tout en ajoutant sa touche personnelle. Pari réussi avec l’arrivée de blancs secs de haute volée, et des vins rouges de plus en plus précis. Passage en culture Bio depuis 2011.

La gamme se diversifie au gré des millésimes. Il est important de noter qu’elle n’est pas figée. En fonction de l’année vous pouvez avoir entre 8 et 12 cuvées différentes de 8€ à 60€. En particulier les devenues mythiques « Gravières du Taurou », « Prim Verd » ou encore « Oméga » ne sont pas produites tous les ans.

Producteur de vins de garde

Il est un des rares domaines en Languedoc à proposer encore des vieux millésimes, en bouteille ou en magnum. David et Axel, les enfants de Marc œuvrent à ses côtés. Trois générations au service du domaine, d’une terre, d’un vignoble au caractère singulier. Des vins authentiques, sans concession, taillés pour la garde, qui ne laissent jamais indifférents.

Fréderic Turpaud au Divellec © Domaine de Ravanes

Le plus beau souvenir : l’émotion du Merlot 1979

Dégusté lors de ma première visite au domaine en 1996, et redégusté en 2017 en double magnum, il n’avait rien perdu de sa vigueur, sa robe tuilée mais brillante, ses arômes de sous-bois, de truffe, de moka n’était pas sans me rappeler de très grands Pomerol des ces années là avec la pointe de soleil chatoyant en plus. Les Gravières du Taurou 2000 sont encore d’une densité rare, et L’Ille, Vendange botrytisée de 1998, pour les gourmands de miel caramélisé.

Les coups de cœur de Frédéric Turpaud

Le site du Domaine de Ravanes

Les Gravières du Taurou « Grande Réserve » 2011

  • Cépages : Merlot 47%, Petit Verdot 27%, Cabernet-sauvignon 26%
  • L’assemblage peut varier selon le millésime.
  • Vignes de 35 ans
  • Raisins triés issus d’une sélection parcellaire stricte, vendange manuelle et égrappée partiellement
  • Elevage de 48 mois en fûts de chêne de 1,2 et 3 vins, sans collage et sans filtration
  • Garde : 15 à 20 ans
  • Carafage : 1 à 2 heures
  • Dégustation :  Robe jeune, profonde aux reflets grenat. Encore retenu au nez avec beaucoup de classe, sur la prune fraîche et la mûre, avec des notes de moka et de thé noir.
  • La bouche charpentée et juteuse. C’est dense, plein et équilibré avec une trame tannique au grain serré d’une richesse exceptionnelle. Une finale toute aussi riche et une longueur en bouche peu commune.
  • Accord : Canard Colvert, jus truffé, en toute simplicité pour ce vin d’exception
  • Prix : env. 36 €

Le Prim Verd 2007

  • Cépages : Petit Verdot 100 %
  • Vignes de 40 ans
  • Sélection parcellaire, vendange manuelle et égrappée partiellement
  • Elevage de 28 mois en fûts de chêne de 1,2 et 3 vins, sans collage et sans filtration
  • Garde : Plus de 20 ans
  • Carafage : 2 heures
  • Dégustation : Robe d’encre noire et d’une extrême profondeur, Nez concentré qui évolue après une longue aération sur la violette, la réglisse, le cassis et les épices orientales
  • Bouche ultra-concentrée de gros calibre sur la puissance et la vinosité, équilibre parfait entre le gras et la vivacité
  • Accord : Un gigot d’agneau aux épices douce
  • Prix : env. 39€

Le Renard Blanc Oméga 2015 (dans mon Top 5 des blancs du Languedoc)

  • Cépages : 100 % Grenache Gris
  • Des vignes de  80 ans vendangée à la main, 12 mois d’élevage en demi-muid de 600 litres Stockinger (la Rolls des barriques)
  • De très faibles rendements moins de 20 hl/ha
  • Production confidentielle de 900 bouteilles (cette cuvée produite qu’en 2005 et 2015)
  • Garde : 15 ans
  • Dégustation : Robe dorée, Nez très fin, parfums capiteux, boisé vanillé et fruits exotiques, Bouche remarquablement intense et délicate. Superbe équilibre aromatique, texture soyeuse. Fraîcheur omniprésente. Une finale généreuse très persistante. Une tension rare pour un vin du sud.
  • Accord : Langoustines poêlées au fenouil
  • Prix : env. 60€

Bonne Dégustation !

Les coups de cœur de Frédéric Turpaud

Partager

Articles similaires

Un an après sa création, Tentationnel.fr se définit comme épicerie de niche

Voir l'article

Pour les asperges, notre sommelière du thé conseille deux subtils accords selon votre recette

Voir l'article

Les innovations gustatives de Rrraw vous convertiront au chocolat cru

Voir l'article

Les Menhirs en chocolat de la Maison Le Roux débarquent pour Pâques

Voir l'article