Mécaniques

Après le VAE Courcelles, Voltaire affirme ses ambitions avec le Legendre

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 24 avril 2023

Il y a trois ans, Singulars avait déjà apprécié le Courcelles, premier VAE siglé Voltaire. Notre essayeur ne pouvait pas manquer de tester le deuxième vélo de la jeune marque française : le Legendre qui affirme ses ambitions dans un marché très encombré. Entre deux averses, Robert Mauss a traversé Paris de part en part.  Le Legendre confirme les avancées de Voltaire.

 

Avec Le Legendre Voltaire confirme ses ambitions sur le marché des VAE Photo Robert Mauss

Voltaire revendique « avec un style inimitable »

Après le Courcelles, voici le Legendre. Décidément la jeune marque française Voltaire reste fidèle à son ancrage au cœur du 17ème arrondissement de Paris. Le Legendre  Voltaire est le deuxième véritable modèle de la marque, le Bellecour étant une déclinaison du Courcelles. Selon ses concepteurs, il s’agit d’un vélo électrique destiné aux ‘’actifs dynamiques souhaitant arpenter les rues des grandes villes avec un style inimitable.’’ Inimitable est sans doute très exagéré même si cette bicyclette possède des atouts réels.

Des recettes éprouvées

Pour commencer, le Legendre Voltaire est un modèle doté d’un cadre haut. Autrement dit destiné aux messieurs ou aux dames en pantalon. Il faut mesurer au moins 1,70 m selon Voltaire pour bien en profiter, et selon le journaliste de Singulars qui s’y est risqué au moins 1,75 m.
Le client a le choix entre trois couleurs de cadre : bleu nuit (réussi), vert bouteille (notre préféré) et gris anthracite (passe partout). Les roues profitent chacune d’un garde-boue en acier.

Voltaire a repris plusieurs éléments qui lui avaient très bien réussi avec le Courcelles.

D’abord, la batterie du Legendre comme pour son prédécesseur est logée dans le tube du cadre, juste sous la selle qu’il suffit de soulever pour l’extraire. La batterie pèse 2,5 kg et s’emporte facilement. Pour la protéger des voleurs, elle profite d’une serrure de sécurité placée en bas du tube. Comme pour son Courcelles, Voltaire a opté pour une transmission simple par courroie. Pas de dérailleur et de chaine qui saute. La courroie s’avère également simple à nettoyer ce qui évite de salir ses vêtements.
Par contre, si le démarrage s’effectue en bas d’une cote, le cycliste devra déployer des efforts plus importants qu’avec un engin doté d’un dérailleur.

Un VAE sans surprises

Le design d’un Voltaire reste séduisant, le Legendre apporte aussi sa touche au VAE Photo DR

Ce Legendre Voltaire est présenté comme un ‘vélo à assistance électrique’’ ou VAE. Et c’est bien comme cela qu’il faut le définir. Le démarrage s’effectue doucement, et rapidement le cycliste arrive à bonne vitesse. Il peut compter sur trois modes d’activation possible : Eco, Normal et Sport. Après avoir joué avec les différentes configurations possibles, le mode Normal apparait comme le plus adapté pour la ville. On oublie Eco qui ne sert pas à grand-chose. Le mode Sport risque de bouffer l’autonomie assez rapidement (d’après nous une cinquantaine de kilomètres selon le trajet et le poids de l’utilisateur). Comme de toute façon, la vitesse est limitée (légalement) par le constructeur à 25 km/h, autant privilégier l’autonomie.

Les plus et les moins

Le Legendre Voltaire possède des atouts réels Photo DR

Une fois parti, ce Legendre avale le pavé parisien sans trop d’efforts. Nous avons traversé la capitale du nord (Paris 17ème) au sud (Paris 14ème) et inversement, sans transpirer, y compris sur les côtes qui ont parsemé notre parcours : rue Saint Jacques et rue de Clichy. Une fois en route, l’absence de dérailleur n’est pas un problème. On avance sans peine. Autre point positif, les freins hydrauliques sont efficaces et sécurisants.
Par contre, le poids de l’engin (comme pour beaucoup de vélos électriques) handicapent la maniabilité : on ne zigzague pas entre les voitures avec un Legendre comme avec un vélo de course de dix kilos.
Le confort est un autre point qui mériterait que Voltaire procède à l’amélioration. Dans la mesure ou le vélo ne possède pas de fourches télescopiques pour absorber les vibrations, le constructeur devrait doter son engin d’une selle plus confortable, dotée de ressorts par exemple. Sinon, au final, le ‘’bilan est positif’’. Ce Legendre est un choix tout à fait valable. Il sera disponible en juin pour un tarif compris entre 2 500 et 3 000 euros.

#Robert Mauss

En savoir plus sur Honda e

Informations pratiques du Legendre

Il sera disponible en juin pour un tarif compris entre 2 500 et 3 000 euros.

Empattement court
Poids 21,9 kilos
3 couleurs vert anglais, bleu nuit et gris graphite
Taille unique
Recharge sur secteur : 2h30
Batterie 2,5 kg 36 Volts, 360 Wh
Autonomie entre 45 et 70 kms

Antivol cadenas de roue + anneau de chaine intégré
Eclairage arrière 4 LED dans le garde-boue
Eclairage avant LED 100 lux

Assistance électrique 25 km/h
3 niveaux de puissance : Eco, Normal et Sport
Cadran électronique embarqué avec changement de rapport et indication de la vitesse et de l’autonomie 1,3’’
Moteur 250 W placé dans le moyeu arrière
Transmission par courroie
Roues de 28’’  avec garde-boue
Porte-bagage optionnel
Cadre en aluminium
Freins à disque hydrauliques

Partager

Articles similaires

(Biographie) La Formule 1, ma famille, de Jean-Louis Moncet (City Editions)

Voir l'article

Prenez les routes de l’été, avec Kate la micro-voiture électrique de loisirs

Voir l'article

La citadine 100% électrique Honda e : pour la ville et guère mieux

Voir l'article

Le VTT électrique Aspen NCM fait le solidement boulot sans broncher

Voir l'article