Culture

Cinéma en salles : La Conférence, de Matti Geschonneck

Auteur : Patrice Gree
Article publié le 21 avril 2023

Malgré le conseil de Jean-Philippe Domecq sur « l’infâme moment du nazisme », Patrice Gree n’avait pas spontanément envie de voir La Conférence de Matti Geschonneck. Devoir, le mot est là  ! Devoir qui n’engage que toi dans ton coin, mais que studieusement tu accomplies pour essayer de comprendre comment des hommes ont pu penser et commettre une telle abomination. Son père avait 20 ans en 42. Il combattait ces gens-là. Etrangement, il a pensé à lui, en short, maigre et beau, dans sa forêt limousine. Il était de ce temps-là !

Ce qui m’a impressionné, c’est le côté ordinaire et les formalités de cette réunion, qui n’a duré en tout que 90 minutes.
Matti Geschonneck, Café pédagogique, 19 avril 2023

C’est un huis-clos, sans musique.

La mise en scène presque neutre, froide donne le ton des échanges glaçants entre une quinzaine de dignitaires nazis et de membres du gouvernement allemand.

La Conférence de Matti Geschonneck Photo Constantin Film

Efficace, rien ne nous distrait de la monstruosité des débats.

Tu assistes à une réunion de cadres d’une grande entreprise. Ils parlent gestion de stocks, logistiques, transports, matériel, personnels, rentabilité…objectifs ! Les stocks…ce sont des hommes, des femmes des enfants. L’objectif est fixé : Assassiner 11 millions d’entre eux, parce que Juifs, le plus rapidement possible avant qu’ils émigrent. Tu apprends que la chambre à gaz, répond aussi à un choix financier, beaucoup moins coûteux que la Shoah par balles, pratiquée à des cadences infernales et qui avait de plus «  le désagrément » de rendre fous une partie des soldats qui abattaient les enfants.

La chambre à gaz, directement de la descente du wagon à la « salle de désinfection » avait l’avantage, d’une certaine discrétion protégeant la jeunesse engagée sur le front !

La Conférence de Matti Geschonneck Photo Constantin Film

Cette fiction n’est pas une fiction !

À l’écran, pas de victimes visibles auxquelles tu pourrais t’identifier, ni de héros auxquels tu pourrais t’accrocher…Que des bourreaux !  Ces quinze-là, pour la plupart étaient cultivés, ils appartenaient à élite. Tu cherches une explication.Tu la cherches du côté du traité de Versailles, de la crise de 29, de la volonté d’humilier, de la misère, mais tu ne la trouve pas ! Cette folie collective est un mystère indéchiffrable. Si la haine est humaine, ici on est au-delà de la haine, on est dans un vide d’humanité ! Un trou béant d’humanité… Un trou sans fond dans lequel tes pauvres mots tombent !

Il n’y a pas de mots et sans mots, l’enfer est sans fin !

Ce 20 janvier 42, le monde bascule dans l’innommable. Du ciel, l’enfer est descendu… La mort peut prendre les commandes !

Tout ce que j’espère, c’est que notre film incitera les spectateurs à réfléchir sur eux-mêmes. Nous n’avons pas choisi de les séduire. Nous montrons que l’indifférence alimente l’absence de pitié. Nous racontons l’histoire de ces gens-là, qui ont réellement existé, un jour, il n’y a pas si longtemps.
Matti Geschonneck, Café pédagogique, 19 avril 2023

Pour le devoir de mémoire, ce n’est pas encore jouée.
La salle était pleine…mais pas un jeune !

#Patrice Gree

Informations sur les sorties en salles

sortie en salle le 19 avril, La Conférence, de Matti Geschonneck (Allemagne) 1h48min

Partager

Articles similaires

Tech Noir, L’art de James Cameron, du crayon au grand écran (Cinémathèque – Huginn&Muninn)

Voir l'article

Cinéma en salles : Furiosa, Une saga Mad Max, de George Miller (2024)

Voir l'article

Cinéma en salles : Le Deuxième acte, de Quentin Durieux

Voir l'article

Blu-ray 4K : Smooth Talk, de Joyce Chopra (Carlotta Films)

Voir l'article