Culture

59 Rue des archives (TSF) fête les 75 ans de Keith Jarrett

Auteur : Ézéchiel Le Guay 
Article publié le 11 juin 2020

À l’occasion des 75 ans le 8 mai de Keith Jarrett, l’émission 59 Rue des archives de la radio TSF Jazz a rendu hommage à celui qu’elle définit comme « avant tout un chercheur (qui) à plusieurs reprises le long de son immense carrière, il a atteint la perfection ».  Son enquête serrée permet de comprendre comment ce virtuose de l’improvisation transcende toutes les étiquettes tout en se renouvelant. Retour en quelques étapes marquantes.

[1966-1969] Un autodidacte qui booste le quartet de Charles Lloyd

Né à Allentown en Pennsylvanie, Keith Jarret débute le piano classique à l’âge de trois ans et donne ses premiers concerts à sept ans. Il apprend ensuite le jazz en autodidacte et se rend en 1964 à New York pour tenter sa chance. Après cinq mois de misère, il est enfin repéré et intègre le célèbre groupe des Jazz Messengers en 1966. Sa carrière commence.
Quatre mois plus tard, il quitte le groupe et intègre le quartet de Charles Lloyd. Ce dernier devient alors la formation de jazz la plus demandée. Elle connaît un véritable succès alors que le rock s’est imposé. Le quartet est même programmé au Fillmore à San Francisco en 1966, une des grandes salles de spectacle de la scène musique psychédélique et de la contre-culture hippie qui a même vu passer en autres les Pink Floyd. Il devient le premier groupe de jazz à investir le lieu. C’est un tel succès qu’ils reviennent l’année suivante avec toujours autant d’énergie et enregistrent le morceau ci-dessous. En 1969, le groupe se dissout. Jarrett rejoint Miles Davis pour un an et demi sans véritablement s’épanouir.

[1971-2020] L’extraordinaire fécondité créative avec Manfred Eicher d’ECM

En 1971, Keith Jarrett reçoit l’appel de Manfred Eicher, un jeune producteur qui a fondé le label ECM deux ans plus tôt. Keith Jarret est séduit par sa vision nouvelle de la musique. Eicher lui propose de faire son premier enregistrement solo, Jarrett accepte. Il enregistre ainsi l’album, Facing You, sorti en 1972. Il permet au pianiste de donner une vision bien plus personnelle de sa musique. D’après la revue Coda : « Le naturel est le secret de l’attractivité universelle de Keith Jarrett et la raison pour laquelle Facing You est un classique représentant l’achèvement ultime de l’artiste ». Cet album – hélas introuvable – marque la naissance d’un style éminemment personnel. Son second concert en solo au Molde Jazz Festival (1971) confirmera qu’il restera toute sa carrière selon les auteurs de 59 rue des Archives David Koperhant, Bruno Guermonprez : un chercheur.

Le génie tient dans un instant (Valéry)

Tâchons de ne pas nous perdre dans l’immense discographie ECM de Keith Jarrett aussi bien jazz que classique (au clavecin pour Bach, notamment) en privilégiant notre sélection d’enregistrements en solo (à écouter sur spotify) .

Ce qu’il y a en effet d’assez unique chez cet artiste est qu’il fait des concerts à partir de rien. Il rentre dans la salle sans savoir du tout ce qu’il jouera. Généralement, les artistes de jazz partent de morceaux connus ou de compositions qu’ils connaissent. Keith Jarrett se lance le défi de se laisser emporter par la salle, le piano ; l’instant. Au sujet de l’improvisation, Paul Valéry, dans Tel quel énonce d’ailleurs que « le génie tient dans un instant ».

La dynamique retenue de l’improvisation

Lors de ses improvisations totales, il crée la mélodie tout en l’harmonisant en même temps. D’après ses propres termes, « l’artiste est responsable de chaque seconde ». Très souvent, il part d’un motif rythmique pour en faire une base de départ du morceau. Il insiste dessus et fait en sorte de développer un long crescendo. Pour faire évoluer son morceau, il choisit de prendre une direction en changeant de tonalité (modulation). Tout cela le fait souvent rentrer dans un état second où il se laisse pleinement envahir par la musique, où il rentre en transe. Voici en effet sa conception, selon ses mots, de l’improvisation : « c’est l’irruption de l’ouragan d’une volonté divine » (livret de l’album Concerts, Bregenz/München)

« Il n’a cessé de vouloir être multidimensionnel, conclue Jean-Pierre Jackson dans une très sobre et éclairante biographie parue en 2019 (Actes Sud). et en même temps dépossédé de soi pour n’appartenir qu’à la musique ». Ce que 59 rue des Archives restitue avec pertinence.

texte

A écouter : “Happy 75” 59 Rue des archives : (I) 10-05-20 & (II) 17-05-20

Enregistrements en solo (tous ECM) :

  • The Köln Concert, Pt. I, 1975
  • Sun Bear Concert, Encore from Tokyo, 1978
  • Concerts, Bregenz/München, Bregenz Pt. I et Mon Cœur Est Rouge, 1982
  • Vienna Concert, Vienna Part I, 1992
  • Creation, Pt. I et Pt. V, 2015
  • Answer Me (Live from Budapest), 2020

Pour aller plus loin

notre playlist personnelle Spotify rassemblant une anthologie subjective de ses concerts en solo.

A lire

Keith Jarrett, Jean-Pierre Jackson, Éditions Actes Sud, 2019
Jean-Pierre Jackson sur France Musique

 

 

 

 

 

 

 

Partager

Articles similaires

Croisières d’exception devient Voyages d’exception

Voir l'article

Les soufflés d’exposition du chef Excoffier dans le 7e arrondissement.

Voir l'article

A voir : Les parfums, film de Grégory Magne

Voir l'article

Faire ensemble, quête de sens et reliance, il est temps de comprendre la Génération Z

Voir l'article