Escapade papale à Viterbe

Jadis lieu de résidence ou de villégiature des Papes, Viterbe, sise dans la province du Latium (Italie), possède un riche patrimoine civil et religieux. Un peu assoupie et hors des grands itinéraires touristiques, elle conserve son authenticité.

Escapade papale à Viterbe

Le quartier San Pellegrino à Viterbe. La ville comptait au XIIIe siècle 60 000 habitants, soit plus que Rome, et autant qu’aujourd’hui. Photo © Thierry Joly

Séjourner dans une ville italienne riche en histoire et en monuments qui ne soit pas envahie de touristes. Oui, c’est encore possible. Une centaine de kilomètres au nord de Rome, au cœur de l’Etrurie antique, Viterbe (Viterbo en italien) en est la preuve. Dans les vieux quartiers règne une atmosphère paisible, authentique. Au fil des rues – où on entend le plus souvent parler que l’italien -, se dévoilent commerces de proximité et restaurants servant plats et vins locaux, ainsi qu’un patrimoine qui doit beaucoup à la Papauté. La destinée de Viterbe est en effet par bien des côtés similaire à celle d’Avignon. Ne se sentant plus en sécurité dans la Ville Eternelle en raison des affrontements entre grandes familles romaines, sept souverains pontifes du XIIIe siècle choisirent d’y résider. Le premier fut Alexandre IV, en 1257. Dans leur sillage affluèrent cardinaux, serviteurs et affairistes en tous genres.

Escapade papale à Viterbe

Les remparts de la ville, faits en blocs de lave. Photo © Thierry Joly

1271 : le plus long conclave de l’histoire…

Fondée par les Etrusques sous le nom de Surrena, Viterbe devint au XIIIe siècle une des plus importantes et plus puissantes villes du pays. Protégée par une muraille en blocs de lave de 10 m de haut toujours visible, elle comptait 60 000 habitants, soit plus que Rome et presque autant qu’aujourd’hui. De nombreux édifices religieux et profanes y furent alors bâtis. Notamment le Palais des Papes, de style gothique, qui comporte une élégante loggia aujourd’hui à ciel ouvert d’où la vue embrase les remparts et le cœur historique qui s’étend sur trois collines. La coutume voulant à cette époque que l’on choisisse le nouveau Pape là où son prédécesseur décédait, plusieurs élections s’y déroulèrent également. En particulier la plus célèbre de toutes, celle de 1271 grâce à laquelle Viterbe figurera à jamais dans les manuels d’histoire car elle fut la plus longue, elle dura 1 006 jours.

Escapade papale à Viterbe

Fresques de la Cathédrale San Lorenzo. Photo © Thierry Joly

… une élection « cum clave », avec clef

Un record qui a peu de chances d’être battu. Pourtant, obligés de nourrir gratuitement les cardinaux durant leurs délibérations, édiles et habitants les avaient au bout d’un an et demi d’abord enfermés, puis graduellement mis au pain sec et à l’eau avant, action décisive, de détruire le toit de la salle où ils se réunissaient. De là, l’origine du mot conclave qui vient du latin « cum clave » signifiant « avec clef ». Malgré cela, les Viterbesi tenaient à leurs Papes et en 1281 ils virent d’un mauvais œil l’élection de Martin IV qui souhaitait le transfert de la Papauté à Avignon. Au point de prendre deux cardinaux en otage pour s’y opposer. Mal leur en prit car la ville fut en représailles excommuniée, châtiment qui porta un rude coup à sa prospérité. Bien leur en prit pour nous, car faute d’argent les constructions s’arrêtèrent net et le quartier de San Pellegrino conserve aujourd’hui encore son aspect du XIIIe siècle.

Escapade papale à Viterbe

Vue sur l’église de la Santatissima Trinita depuis le Palazzo Communale. Photo © Thierry Joly

La ville aux 99 fontaines

Labyrinthe de petites places, de cours, de venelles, de passages couverts, de tours et de maisons en pierre avec escalier extérieur, il constitue l’un des plus bels exemples au monde d’architecture médiévale civile. Une autre particularité de Viterbe est de compter une multitude de fontaines. Quatre-vingt-dix-neuf exactement, de tous styles et de toutes époques car une fois rentrés à Rome les Papes se remirent à fréquenter la ville, mais en été seulement pour la douceur de son climat. De nouvelles églises virent donc le jour tandis que les plus anciennes faisaient l’objet d’ajout dans l’air du temps. Comme la cathédrale romane San Lorenzo, le Duomo, où est inhumé le pape Jean XXI, qui a une façade Renaissance et un campanile gothique. Deux autres souverains pontifes reposent dans l’église gothique de San Francesco. Clément IV et Adrien V dont le tombeau est considéré comme la première grande œuvre du sculpteur et architecte Arnolfo di Cambio.

Escapade papale à Viterbe

La cathédrale romane San Lorenzo, le Duomo. Photo © Thierry Joly

Spectaculaire procession

Si vous êtes amateur d’art, faites également un tour au Palazzo Comunale qui recèle de superbes fresques du XVIe siècle. Abritant de nos jours l’hôtel de ville, il était jadis l’un des deux sièges du pouvoir civil avec le Palazzo del Podesta qui s’élève à côté, facilement reconnaissable à sa tour horloge. Autant de monuments que l’on peut visiter en toute quiétude. Sauf le 3 septembre quand des milliers de touristes affluent pour voir la spectaculaire procession de la « Macchina di Santa Rosa », une tour de fer, de bois et de papier-mâché illuminée par des flambeaux de 30 m de haut pesant 5 tonnes que 130 hommes portent à travers la ville pour honorer la sainte patronne de la ville. Cerise sur le gâteau, des thermes exploités depuis l’Antiquité fort appréciés des Papes et pour cette raison appelés « Terme dei Papi » vous attendent à quelques minutes de la ville.

Escapade papale à Viterbe

Le Palazzo del Podesta. Photo © Thierry Joly