Mécaniques

Cinéma en salles : Gran Turismo de Neill Blomkamp (2023)

Auteur : Juan-Peter Sedona (Calisto Dobson)
Article publié le 18 août 2023

avec Archie Madekwe, David Harbour, Orlando Bloom, Djimon Hounsou et Gerri Halliwell. 135 mn

Même si le film est produit par PlayStation Productions, éditeur vidéo du jeu éponyme, Gran Turismo est estampillé «  basé sur une histoire vraie »,  celle d’ un jeune crack de la console, Jann Mardenborough qui devient pilote de course professionnel. Singular’s a demandé à Juan-Peter Sedona, auteur de Requiem mécaniques si la réalisation de Neill Blomkamp tenait la promesse de transmettre aux spectateurs l’expérience très physique des sports mécaniques, au-delà d’un simple décalque d’un jeu vidéo très populaire.

Basée sur une histoire vraie

Le jeu vidéo (pas loin de 100 millions d’exemplaires se sont écoulés dans le monde) Gran Turismo est une création du concepteur japonais Kazunori Yamauchi. Ce dernier avait pour ambition de recréer virtuellement jusqu’au moindre détail toutes les conditions d’une course automobile de Grand Tourisme. L’archétype de ce genre de compétition étant les 24 Heures du Mans.
À des fins purement marketing un concours organisé par la GT Academy a permis à Jann Mardenborough un jeune champion du jeu d’intégrer l’équipe de course Nissan. Gran Turismo, le film, raconte son histoire.

Un film mineur

David Harbour, Archie Madekwe et Orlando Bloom sont dans Gran Turismo de Neill Blomkamp (2023) Photo DR

Réalisé par Neill Blomkamp, le point de vue cinématographique suit pas à pas une dramaturgie cousue de fil blanc. Sans être le ratage quelque peu insinué ici ou là, il nous faut reconnaître que nous n’avons pas affaire au grand film qu’il aurait pu être. Le réalisateur d’origine sud-africaine avait pourtant de quoi se rattraper alors que jusqu’à présent nous ne pouvons pas dire qu’il a tenu toutes les promesses de son mirifique coup d’éclat District 9.
Il aurait pu tourner les yeux vers Speed Racer, le chef-d’œuvre hallucinant des sœurs Wachowski, qui malgré leur bide monumental ont fait LE film de référence sur des courses de voiture qui tire ses influences du manga bien sûr mais aussi de l’univers du jeu vidéo.

Contrat rempli

Rendons à Neill Blomkamp le mérite d’avoir tout de même réussi à maintenir une tension dramatique qui rappelle ce qui nous tient en haleine devant un jeu tel que Gran Turismo. Il lui a sans aucun doute fallu satisfaire les tenants de la franchise du jeu. En parvenant à proprement calquer sur le film les enjeux vidéo qui régissent les maniements de la manette d’une console, Neill Blomkamp remplit son contrat même si nous pouvons regretter qu’il  délaisse sur le bord de la piste la construction d’une véritable œuvre cinématographique. Sa mise en scène dotée d’effets dramatiques tirés d’un téléfilm ne dit pas autre chose que jouer à Gran Turismo c’est déjà intégrer une écurie de course.

Quant au parcours du principal intéressé, Neill Blomkamp n’effleure même pas les questions qui assaillent le spectateur. Pourquoi la course ? après quoi courre-t-on ? Le risque de mourir est-il vraiment une donnée essentielle ? Il est donc dommageable que les producteurs n’aient laissé à Neill Blomkamp qu’une marge de manœuvre bien étroite. Celle de remplir des cases d’un point A à un point B.

Archie Madekwe incarne un personnage bien réel Jann Mardenborough Gran Turismo de Neill Blomkamp Photo DR

Les acteurs campent des archétypes

Ils font ce qu’ils peuvent. Orlando Bloom est bien loin de l’intensité du flic ambigu de Zulu, David Harbour l’interprète du directeur de course Jack Salter duplique son personnage bien connu des ados de Stranger Things. Le rôle principal tenu par Archie Madekwe nous laisse perplexe. Est-ce son personnage ou manque-t-il sérieusement de charisme? Djimon Hounsou et Gerri Halliwell (il y a une vie après les Spice Girls), ne sont pas en reste dans le rôle des parents du héros pas loin d’être inexistants. L’incarnation du sale type est si stéréotypée qu’on en vient à penser qu’en effet, seul le jeu vidéo et ses parangons ont ici leurs parties à jouer.

Une parenthèse

Nous pouvons sans prendre de risque imaginer que les prochains projets à venir évoquant le monde de la course automobile, Ferrari de Michael Mann avec Adam Driver et Apex de Joseph Kosinski produit et interprété par Brad Pitt seront sans aucun doute plus passionnants.

Juan Peter Sedona alias Calisto Dobson

En savoir plus sur Juan Peter Sedona

Juan Peter Sedona alias Calisto Dobson : À l’âge de six ans, il arrive dans le sud de la France et fréquente le Grand Prix de Monaco tout le long de son enfance, puis de son adolescence, ainsi que les circuits du Paul Ricard et de Monza. Parisien depuis 1978, il a exercé plusieurs métiers, de la banque, au commercial, à la restauration en passant par l’import de produits audio et audiovisuels pour une grande enseigne de distribution. Il a également été le manager d’un groupe de pop rock et exerce actuellement des fonctions en tant qu’agent de la Ville de Paris. Il contribue à Singular’s depuis deux ans. 

Partager

Articles similaires

La 3e édition du Rallye des Aventurièr(e)s reste 100% Solidaires contre le cancer

Voir l'article

Le Bus Toqué permet de déguster Paris de haut

Voir l'article

La première édition de La Route des Légendes renoue avec la nostalgie du Paris-Dakar

Voir l'article

L’ergonomie déroutante de la Volvo EX 30 electric atténue le plaisir de conduite

Voir l'article