Culture

Le carnet de lecture (II) de Léo Warynski, chef de choeur, Métaboles, Multilatérale

Auteur : Olivier Olgan
Article publié le 4 décembre 2023

Il y a près de trois ans, Léo Warynski, fondateur de l’ensemble vocal Les Métaboles en 2010 et, instrumental Multilatérale depuis 2014 confiait à Singular’s ses ambitions. Sa dynamique pour le répertoire contemporain et sa gourmandise de ‘maître de chapelle’ lui ont donné des ailes. Avec de nombreuses créations, en autres, When Paths Meet du compositeur Sami Yusuf à la Philharmonie les 9 et 10 décembre 2023, un 6e disque ‘Le Moine et le voyou’ (NoMadMusic) dédié à Francis Poulenc et Bernard Cavanna, … La direction de La Chauve Souris de Strauss à l’ Opéra de Toulon, les 27, 29 et 30 décembre 2023, complète la diversification du ‘maître de musique’ qui s’épanouit au croisement de diverses traditions profanes et sacrées, avec pour aiguillon de transcender les frontières musicales dans un dialogue fructueux et créatif.

Initiateur de chœurs et passeur de patrimoines musicaux.

Ne parler pas de ‘limites’ ou de ‘spécialisations’ à Léo Warynski, ni en termes de répertoires et d’époques, ni en termes de collaborations. Au fil de ses curiosités, de ses collaborations avec les compositeurs d’aujourd’hui Gérard Pesson, Pierre- Yves Macé, Bernard Cavanna, Francesco Filidei ou Yann Robin,… « artistes majeurs de notre époque qui écrivent l’histoire de la musique contemporaine », et de ses projets avec Les Métaboles et Multilatérale, il ne cesse de les repousser et de se diversifier, que ce soit en termes de répertoires, de Byrd à Poulenc, de Palestrina à Brahms (sortie en format numérique), ou en chef invité de plus en plus sollicité et invité aux quatre coins de l’Europe, comme récemment le Coro Casa dà Musica de Porto, l’ensemble Vocal SWR de Stuttgart, ou le chœur de Radio France la saison dernière, … mais aussi des orchestres institutionnels, comme l’Orchestre Philharmonique de Leeds, ou celui de l’Opéra de Toulon qu’il dirige dans La Chauve-souris, de Johann Strauss, mise en scène de Jean Lacornerie les 27, 29 et 30 décembre 2023.

J’aime bien travailler avec d’autres chœurs, j’apprends toujours des choses, d’apprendre à travailler le son qu’ils ont, cela permet aussi de m’enrichir et même d’essayer de nouvelles choses avec mes ensembles Les Métaboles et Multilatérale.

L’ensemble choral professionnel Les Métaboles fourmille de programmes décoiffant Photo Elsa Laurent

Le maitre de musique est insatiable.

Il n’y a rien qui le stimule plus que « l’inattendu » provoqué de chaque programme, de multiplier les mises en regard qu’il tisse entre les périodes, entre les compositeurs, entre les genres, comme en témoignent par exemple, le dernier cd,  « Le moine et le voyou » : « deux adjectifs que Francis Poulenc s’était lui-même attribué, et qui pourraient tout aussi bien décrire l’ univers profane et détonant de Bernard Cavanna

Sa Messe un jour ordinaire partage avec Un soir de Neige sur des textes d’Eluard, les Quatre motets pour un temps de Pénitence et Exultate Deo, motet pour les fêtes solennelles, de Poulenc une intensité et une humanité commune. 

Ne lui demandez pas de choisir

Léo Warynski multiplie les directions d’orchestre symphoniques ou lyriques Photo Graigue.com

« Je ne m’empêche rien » C’est au contraire cette ‘diversité cohérente’ d’activités et la démultiplication des expériences musicales – qui ne cessent de se nourrir les unes les autres – pour étoffer sa dynamique de chef, même si en France les préjugés sont tenaces. Il faut qu’un chef de chant travaille plus que les autres pour devenir légitime à la tête d’un orchestre, oubliant que pour de glorieux ainés – de Herreweghe à Gardiner, de Laurence Equilbey à Raphaël Pichon – se fut une voie royale pour la reconnaissance.

Mais il ne faut pas confondre murissement et barrage à l’entrée. L’ancien chanteur de la Maîtrise de Colmar stigmatisait déjà à notre première rencontre, « cette éducation à deux vitesses, d’une part qui considère le métier de chef de chœur inférieur à celui de chef d’orchestre, et cette difficulté d’autre part de faire valoir la même exigence -et donc les mêmes moyens financiers- à une formation a capella professionnelle qu’à un orchestre. »

Savoir travailler avec un orchestre, entendre toutes ses voix, ce sont des choses qui ne peuvent s’apprendre qu’empiriquement.

Trois ans plus tard, des dizaines projets – souvent audacieux – concrétisés, le chef « à part entière » n’hésite plus à dire tout haut ce que son travail justifiait méthodiquement. Il espère  – plus qu’il ne le rêve désormais – un poste permanent « à la tête d’un orchestre institutionnel qui lui permettrait de faire de l’opéra et du répertoire. » dernier horizon pour son accomplissement artistique.

Toutes les facettes de mon activité seraient comblées, avec un chœur, Les Métaboles, pour le baroque et le contemporain, l’Ensemble Multilatérale pour la création, et cet orchestre pour l’opéra et le répertoire.

Des projets artistiques décoiffant, il en fourmille

La page des Métaboles en portent des dizaines, nous avons retenus ceux qui montrent la pluralité d’approches de collaborations et la curiosité du chef de bande, sans oublier de citer du compositeur Sami Yusuf à la Philharmonie les 9 et 10 décembre 2023  !

200 Motels- The Suites : transposition scénique du film halluciné 200 Motels de Frank Zappa captant la vie d’un groupe de rock en tournée,  comme une fresque musico-théâtrale, créée pour la première fois en 2018 et donné les 1er et 2 décembre 2023 à l’Opéra de Nice, la version française réunit outre Les Métaboles, des comédiens, des chanteurs, un groupe de rock (The Headshakers), les Percussions de Strasbourg, et l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg,

Vox Naturae, Les Métaboles croient en la magie de la voix pour faire vibrer le monde et accorder les esprits. Ce programme scénique construit autour de l’œuvre de Murray Schafer, considéré comme pionnier de l’écologie en musique, convie les spectateurs à une expérience chamanique où tour à tour, l’eau, le feu, le fer, les animaux et la forêt surgiront des corps et des voix des chanteurs. Complété par une pièce du compositeur estonien Veljo Tormis, ce projet vocal et dansant est mis en mouvement par le chorégraphe Éric Oberdorff, assurant au public de vivre une expérience mystique hors du commun. (donné en 2023)

Portrait de Luigi Nono. Dans ses œuvre tardives, Luigi Nono transforme les sons en travaillant avec le légendaire SWR Experimentalstudio. C’est le cas dans Diario polacco No. 2, dans lequel les sons électroniques imprègnent la salle. En revanche, Hay que caminar – soñando met en scène deux violonistes errant d’un pupitre à l’autre.
Mais Luigi Nono fut aussi un homme de convictions politiques.  Quando stanno morendo / Diario polacco no 2 a été écrit lorsque la loi martiale a été introduite en Pologne en 1981 et le compositeur a dédié cette oeuvres à ses amis et camarades polonais persécutés. Hay que caminar – soñando a été composé en 1989, un an avant sa mort et incarne une inscription, vue sur un mur de monastère, qui avait fasciné Nono : « Vagabond, il n’y a pas de chemin. Tout ce qui compte, c’est la marche. « ,  14 mars 2024 – 19h30 – Elbphilharmonie, Hambourg….

Concert d’ouverture du Festival ManiFeste – IRCAM : Simon Steen-Andersen, Trio / Maurice Ravel, La Valse. : De l’humour, de la mémoire et de l’allégresse, en musique et à l’écran. En scène Carlos Kleiber et Sergiu Celibidache, Miles Davis et Bruckner, Stockhausen et Beethoven, et l’une des plus belles chorégraphies de Thomas Hauert avec sa compagnie Zoo, filmée par Thierry De Mey. Le jeune compositeur danois Simon Steen-Andersen a conçu un collage ultra-virtuose où l’orchestre, le jazz band et l’ensemble vocal présents dans la salle jouent avec une série d’archives vivantes – un voyage profond et désopilant dans notre propre mémoire musicale. La Playlist de l’été inclut et brasse large, jusqu’à La Valse de Ravel, dansée sur les toits de Bruxelles par la compagnie de Thomas Hauert  31 mai 2024, 20h, Théâtre du Châtelet 

Je garde avec Les Métaboles une lien familial avec des chanteurs que je connais bien, dont certains sont présents depuis la création en 2010. Il reste surtout le laboratoire pour monter les projets dont je rêve, et travailler le son que je recherche, il y a une familiarité avec cet ensemble que je ne peux trouver nul par ailleurs. Convaincu qu’un chef a besoin d’être nourri de tous les répertoires dans sa pratique.

Une ambition de transmission comme ADN

Mon objectif, c’est que la création marque les gens. Les auditeurs ne sont pas plus bêtes aujourd’hui que dans le passé. Mais c’est à nous, les chefs et les musiciens, de proposer des programmes qui fonctionnent et qui font que la création est au centre du programme.

Le plus passionnant dans ce chef, pétri de valeurs humanistes tant pour ces interprètes que pour le public, c’est sa passion pour la musique de son temps.
Espérons pour tous ceux qui désespèrent – souvent sans les fréquenter – de la musique savante qu’ils prennent enfin conscience que des musiciens de la trempe de Léo Warynski sont déjà tournés vers l’avenir. Et qu’il n’y a qu’à les suivre pour écouter et vivre du nouveau.

#Olivier Olgan

Le 2nd Carnet de lecture de Léo Warynski

New ancient strings, Ballaké Sissoko et Toumani Diabate 

Un disque que j’aime beaucoup écouter pour le son de la Kora. Cet instrument à cordes possède un son très riche et résonnant, magnifié ici par le duo formé par les deux musiciens virtuoses du Mali. Une invitation au voyage.

North star, Philip Glass

Bande originale d’un documentaire sur le sculpteur Mark di Suvero, cette œuvre de 1977 prolonge la nouveauté musicale apportée par le style répétitif d’Einstein on the Beach. J’aime dans cet album le mix si étrange issu du mélange des orgues, du synthé, des voix et des saxophones. Une musique étrange et hypnotisante, très seventiees…

Intégrale des Symphonies de Mahler par Claudio Abaddo, avec l’orchestre de Lucerne. 

Des œuvres à écouter et voir… Cette intégrale des symphonies de Mahler à Lucerne, filmée et enregistrée, est peut-être le testament le plus extraordinaire laissé par un chef d’orchestre au sommet de son art. C’est une chance extraordinaire de pouvoir se replonger dans les captations de ces concerts, filmés durant près de dix ans. L’unité entre l’orchestre, le chef et le répertoire atteint un degré de hauteur rarement entendu. Un modèle d’humanité et de musique…  

Wie Ein Kind – Per Nørgård

Une des rares œuvres pour chœur à aborder le thème de la folie avec une si grande justesse. 

Le premier et le dernier mouvement, inspirés des écrits d’Adolf Wölfli  — artiste schizophrène enfermé toute sa vie en asile  — sont particulièrement saisissants. L’écriture musicale de Per Norgard souligne toute l’agitation de cet esprit malade dont le rapport au monde, certes irrationnel, n’en est pas moins poétique. 

Nikolaus Harnoncourt, Le Dialogue musical : Monteverdi, Bach et Mozart.

Je me replonge régulièrement dans les pages de cet ouvrage aussi riche qu’intemporel. Harnoncourt offre à l’interprète des clés de lecture précieuses dont il est toujours utile de se rappeler lorsqu’on aborde l’œuvre de Monteverdi Bach ou Mozart. Par ailleurs, les anecdotes, nombreuses et amusantes, font de la lecture de ce livre un vrai moment de plaisir !

Michel Pastoureau, Rayures : Une histoire culturelle

J’ai toujours eu un goût prononcé pour l’histoire culturelle telle que Michel Pastoureau la pratique, pour sa capacité notamment à donner à un objet du quotidien toute l’épaisseur des grands sujets historiques. Son travail sur la symbolique de la rayure du Moyen-Âge à nos jours, — tantôt honnie, tantôt admirée – nous rappelle que l’ensemble de nos pratiques, croyances ou jugements sont toujours le fruit d’un changement de regard, d’une évolution, ou d’un revirement et qu’il serait à ce titre dangereux de les prendre pour acquis ! 

Delphine de Vigan, Les enfants sont rois

Je suis tombé par hasard sur cet ouvrage alors que je cherchais un roman pour l’été. Je dois avouer que je n’avais jamais ouvert un roman de Delphine de Vigan avant cela et ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai été très agréablement surpris par la justesse de ses analyses, la fluidité de sa prose et son regard extrêmement lucide sur une problématique actuelle dont on ne perçoit pas toujours la gravité : l’influence néfaste des réseaux sociaux dans la construction de soi et le voyeurisme impuni qu’ils rendent possible.

Yotam Ottolenghi, Simple

Mon activité de chef me laisse peu le temps de cuisiner, mais lorsque j’en ai l’occasion, j’adore me plonger dans les ouvrages d’Ottolenghi. Chaque recette offre un moment de cuisine extrêmement privilégié et joyeux, que j’aime partager avec ma compagne ! Simple ne se contente pas de décrire les différentes étapes de la confection d’un plat, chaque page offre une plongée dans l’histoire du levant et constitue ainsi une invitation au voyage. A découvrir, et à déguster, assurément !

Pour suivre Léo Warynski

Agenda

avec l’orchestre de l’Opéra de Toulon

avec Les Métaboles

  • Les 9, 20h & 10 décembre 2023,  16h, Sami Yusuf, When Paths Meet, Philharmonie de Paris : Fervent apôtre de l’universalisme, le chanteur et compositeur Sami Yusuf a conçu un concert de grande ampleur créé spécialement pour la Philharmonie de Paris, au croisement de diverses traditions musicales et sacrées. Formée dès son plus jeune âge à la musique traditionnelle occidentale et moyen-orientale, son importante production reflète une maîtrise profonde des langages musicaux, lui qui évolue avec fluidité du classique occidental au contemporain en passant par les musiques du monde. Soucieux de transmettre une spiritualité universelle à travers la musique, il transmet cet univers intérieur à un large public.
  • 12 décembre 2023,  20h, Singing Ravel, Théâtre de Privas
  • 17 décembre 2023, 15h, Concert de Noël, Cité de la Voix – Théâtre de Gray, Lumière céleste et lumières du monde
  • 16 février 2024, 20h, Le Requiem de Fauré, Cité musicale – Metz, l’Arsenal
  • 31 mai et 1 juin 2024,  Nage no Kata, création mondiale Maison de la Culture du Japon, Paris

Discographie récente

  • Le moine et le voyou , Bernard Cavanna croise Francis Poulenc, 2023
  • The Angels, Jonathan Harvey, William Byrd, Henry Purcell, Pierluigi da Palestrina, 2021
  • Jardin féérique, Maurice Ravel, Camille Saint-Saëns, Benjamin Britten, Raymond Murray Schafer, 2020

Partager

Articles similaires

Le carnet de lecture de Ronald Martin Alonso, gambiste, ensemble Vedado

Voir l'article

Le carnet de lecture de Romain Puyuelo, comédien, Rimbaud, Cavalcades !

Voir l'article

Le carnet de lecture du Trio Sõra: Pauline Chenais, Fanny Fheodoroff, Angèle Legasa

Voir l'article

Le carnet de lecture de Pierre Gallon, claveciniste

Voir l'article