Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Avec son charme fou, ses ravissantes maisons en bois et son atmosphère décontractée, Key West justifie à elle seule un voyage dans les Keys de Floride. Ces îles tropicales sont également un paradis pour les plaisirs nautiques et la pêche sportive. Visite diurne et nocturne, avec Singular’s, au pays d’Hemingway et d’autres encore.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Key Largo dans les Keys de Floride. Photo © Thierry Joly

Dans l’imaginaire du voyageur, qui dit Keys dit plages enchanteresses, pêche au gros et Ernest Hemingway. Exact, mais les attraits de cette destination sont toutefois plus nombreux, plus variés et l’écrivain américain ne fut pas la seule célébrité à séjourner dans ces îles et îlots posés sur l’océan au sud de la côte Est des Etats-Unis. Au nombre de 800 à 1 200 selon que la marée est haute ou basse, car beaucoup n’ont que quelques centimètres d’altitude, les Keys doivent leur patronyme aux Espagnols, leur nom dérivant du castillan cayos qui signifie petite île.

Un univers mi aquatique, mi terrestre de toute beauté jouissant d’un ensoleillement généreux et de températures douces tout au long de l’année qui attire plus de deux millions de touristes par an. Rien d’étonnant lorsqu’on découvre le joyau qu’est Key West, petite ville de 25 000 âmes qui occupe presque entièrement l’île la plus méridionale et recèle quantité de restaurants où se régaler de poissons frais et de fruits de mer.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

La Maison d’Ernest Hemingway située à Key West, dans le comté de Monroe. D’un style architectural colonial français, elle est inscrite depuis 1968 au NRHP, National Historic Landmark. Photo © Thierry Joly

La magie de Key West

Fondée en 1829 et ainsi la plus ancienne du sud de la Floride, elle a un charme fou, un peu suranné, qui n’est pas sans rappeler la Géorgie ou la Virginie. Par contre elle s’en distingue du tout au tout par l’anticonformisme, l’hédonisme, la décontraction et la tolérance qui y règnent. Une atmosphère unique, sans égale aux Etats-Unis, qui en a fait depuis longtemps un lieu de résidence très prisé des écrivains. Chaque vendredi et samedi, le Key West Literary Seminar propose une balade guidée sur leurs pas évoquant les lieux où ont en autres habité Shel Silverstein, Elizabeth Bishop, Robert Frost et Tennessee Williams qui y acheva Un Tramway nommé Désir. Sans oublier, bien sûr, Ernest Hemingway qui vécu à Key West avec sa seconde épouse Pauline de 1927 à 1939. De style colonial franco-espagnol, son ancienne demeure conserve son aménagement d’origine, très moderne pour l’époque, ainsi qu’une partie du mobilier et y sont présentés objets, photos et documents évoquant sa vie.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Le Sloppy Joe’s (Key West), bar préféré d’Hemingway. Photo © Thierry Joly

Virée nocturne sur les pas d’Hemingway

Vous y croiserez en outre les descendants des chats à six doigts, espèce dont Hemingway s’était entiché, certains se prélassant près de la piscine qu’il fit creuser à la main. Une folie qui lui coûta 20 000 $ alors qu’il avait acquis la maison pour 8 000 $. La légende veut que, lorsqu’il était plus qu’éméché, il rentrait chez lui en se repérant à la lumière du phare qui se dresse à côté !!! Quoi qu’il en soit, il ne manquait pas de choix pour se désaltérer car Key West est la ville américaine comptant le plus de bars par habitant. Son préféré était le Sloppy Joe’s, toujours l’un des plus animés, sans surprise fréquenté par de nombreux touristes, et l’un des meilleurs endroits où sortir car il accueille des concerts live rock ou pop quasiment tous les soirs.
Vous le trouverez sur Duval Street, l’artère principale, où en approchant du port se succèdent bars, restaurants et boutiques de souvenirs où se pressent vacanciers et croisiéristes descendus de leur paquebot.

Des couchers de soleils inoubliables

En fin de journée, même affluence à Mallory Square où il est d’usage de venir admirer le coucher du soleil à juste titre réputé pour être flamboyant. Objets de commentaires élogieux de la plupart des guides, l’ambiance et l’animation régnant dès la nuit tombée sur cette esplanade n’ont pourtant rien d’exceptionnel hormis si l’on apprécie d’observer des badauds s’ébahir devant des artistes de rue plus ou moins talentueux faisant leurs numéros. Pour apprécier pleinement le coucher de soleil, mieux vaut faire une sortie en mer à bord d’un catamaran ou trouver un endroit tranquille sur une jetée, une petite plage ou à la terrasse d’un café.
De même, dans la journée, éloignez vous de la section la plus commerçante de Duval Street pour vous imprégner de l’atmosphère paisible et si attachante de Key West. Là, au cœur des vieux quartiers, vous découvrirez un nombre impressionnant de ravissantes maisons en bois blanches ou aux tons pastel de la fin du XIXe siècle souvent entourées de luxuriants jardins où poussent palmiers et bougainvilliers.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Dans une rue de Key West. Photo © Thierry Joly

Balade architecturale

De styles variés, fruits d’influences bahamiennes, coloniales européennes, victoriennes et de Nouvelle-Angleterre, elles ont toutes en commun d’avoir de hauts, plafonds, des volets de couleurs vives et des porches agrémentés de fauteuils, rocking chairs ou canapés pour profiter de la fraîcheur du soir. Vous remarquerez aussi devant certaines, le drapeau de la Conch Republic, Etat fantoche créé en 1982 par les citoyens de Key West qui pendant quelques heures firent sécession des Etats-Unis pour protester contre les barrages routiers mis en place à l’entrée des Keys par la police pour débusquer trafiquants de drogue et réfugiés cubains. Indépendance de courte durée, depuis lors célébrée chaque année en avril par un festival. Autre moment festif, la Fantasy Fest, sorte de carnaval haut en couleur qui s’étale sur une semaine en octobre. Pour en finir avec cette balade architecturale, signalons aussi quelques bâtiments Art Déco car Key West était l’une des villes les plus riches du pays dans les années 20.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Little White House à Key West, escale incontournable des Présidents américains. Photo © Thierry Joly

Little White House

Reste encore un édifice incontournable à voir, Little White House, ainsi nommée car le Président Truman y résida 175 jours pendant son mandat tandis que six autres Présidents y ont depuis fait de courts séjours. Une visite non seulement intéressante pour l’ameublement, identique à qu’il était à l’époque de Truman, avec notamment une impressionnante table de poker, mais aussi parce que les commentaires des guides fourmillent d’anecdotes et d’informations sur les décisions qui ont été prises en ce lieu. Pour mieux appréhender les racines cosmopolites et l’histoire tumultueuse de Key West, rien de mieux qu’une promenade dans les allées de son cimetière où les monuments funéraires révèlent les origines de ses habitants. Colons Blancs venus des Bahamas, émigrés cubains dont des fabricants de cigares qui firent sa fortune au début du XXe siècle, pilleurs d’épaves et naufrageurs devenus ensuite d’influents notables au début de son histoire ainsi que membres des forces armées. La Navy y dispose en effet depuis le milieu du XIXe siècle d’une base qui eut une importance stratégique considérable au moment de la crise des missiles de Cuba et dans les années qui suivirent.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Le point le plus méridional des Etats-Unis se trouve à Key West. Photo © Thierry Joly

Une route qui plane au-dessus des flots

Key West est en effet plus proche de La Havane que de Miami ainsi que le point le plus méridional des Etats-Unis matérialisé par une imposante borne. Sans doute le monument le plus photographié de la ville qui est aussi, selon le sens dans lequel on se place, le terminus ou le début de la route US 1 longeant toute la côte Est du pays. Longue de 182 km, la section traversant les Keys est appelée Overseas Highway et comporte pas moins de 42 ponts dont le spectaculaire Seven Miles Bridge. Inauguré en 1935, cet axe routier vital pour la région emprunte ou passe à côté des viaducs jadis utilisés par la voie ferrée construite par le magnat des chemins de fer Henry Flager entre 1905 et 1912, laquelle permit l’émergence des Keys sur la scène touristique.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Keys Seven, Miles Bridge. Photo © Thierry Joly

Pour découvrir toutes les facettes des îles, il faut la quitter, prendre des chemins de traverse qui vous emmèront le long de canaux bordés d’opulentes villas devant lesquelles sont amarrés de luxueux bateaux, vers des embarcadères brinquebalants en bois ou des marinas remplies de voiliers et de bateaux équipés pour la pèche sportive. Les amateurs du genre n’ont que l’embarras du choix pour aller taquiner marlins, espadons, bonefish, tarpons, carangues ou encore dorades coryphènes.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

Robbie’s Marina. Photo © Thierry Joly

Gare aux tarpons !

Si cela ne vous tente pas mais que vous souhaitez voir à quoi ressemblent certains de ces poissons, allez à la Robbie’s Marina, près d’Isla Morada. Là, des tarpons atteignant 45 km jaillissent hors de l’eau à la vitesse de l’éclair pour happer les petits poissons que leurs tendent les touristes. Un spectacle saisissant. Ici et là quelques parcs nationaux préservent par ailleurs des vestiges de l’écosystème originel des Keys. Des hammocks, buttes couvertes d’une forêt dense avec lianes et plantes grimpantes où vivent ratons laveurs, couleuvres, chauve-souris et aussi quelques cerfs nains sur Pine Key et No Name Key. Des mangroves à explorer en kayak où se nichent des limules, arthropode marin venu des temps préhistoriques, et des méduses upside down qui vivent posées sur le fond, les tentacules vers le haut. Des portions du littoral où s’ébattent hérons blancs, spatules, aigrettes et pélicans. Quelques-uns protègent également des sections de la barrière de corail, la troisième plus grande au monde, tel le John Pennekamp Coral Reef State Park, proche de Key Largo, où vous aurez peut-être la chance d’observer des lamantins. Pour découvrir le récif, vous avez le choix entre excursions en bateau à fond de verre, snorkeling ou plongée sous-marine.

Splendeurs naturelles et patrimoniales des Keys

A Key Largo prenez l’African Queen. Photo © Thierry Joly

Jouez la à la Humphrey Bogart

Cependant le milieu marin souffre de la pollution et des activités humaines. Si vous vous intéresser au sujet ainsi qu’aux initiatives prises pour le préserver, deux visites s’imposent. L’une à Key Largo, à la Coral Restoration Foundation qui œuvre à la culture et la replantation de corail dur là où il a disparu. L’autre qui ravit toujours les enfants, à Marathon, à l’Hôpital des Tortues où une centaine de ces animaux victimes de braconniers, des hélices de bateaux, d’attaques de requins ou de maladies sont en permanence soignés avant d’être si possible relâchés.


Enfin, si vous êtes cinéphile, difficile de résister à la tentation d’une balade à bord de l’African Queen, le bateau à vapeur qu’empruntent Humphrey Bogart et Katharine Hepburn au cœur du Congo dans le film du même nom réalisé par John Huston en 1951. Et il ne s’agit pas d’une copie mais bien de l’original, construit en Angleterre en 1912 qui après bien des pérégrinations a échoué à Key Largo.