Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Au sud de Cracovie, aux confins avec la Slovaquie, la station thermale de Szczawnica recèle des sources aux propriètés variées dans un environnement naturel préservé. Découverte d’une future destination phare pour les curistes et le bien-être

A ce jour à peine mentionnée dans les guides touristiques, et encore uniquement pour sa situation à la sortie des gorges de la rivière Dunajec, Szczawnica est la station thermale polonaise qui va faire parler d’elle dans les années à venir. Comme ce fut le cas dans le passé.
Une Belle au bois dormant qui s’est peu à peu assoupie à l’époque communiste et après sa chute avant d’émerger de son sommeil depuis quelques années. Avec dans le rôle du Prince charmant artisan de ce réveil Nicolas et Héléna Mańkowski ainsi que leur père Andrzej dont l’arrière grand-père, le comte Adam Stadnicki, avait fait de Szczawnica l’une des stations thermales les plus courues du pays durant l’Entre Deux Guerres. La haute société s’y pressait alors pour profiter de ses eaux minérales acides aux multiples vertus.

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Place Dietl. Photo © Thierry Joly

Née au XIXe siècle

Riches en sels minéraux et oligo-éléments tels que bicarbonate, sodium, iode, chlore et brome, les eaux sont non seulement recommandées dans le traitement des maladies et des allergies des voies respiratoires, des affections de l’appareil vocal, des rhumatismes, des inflammations et dégénérescence des articulations mais aussi pour lutter contre l’obésité, l’anémie et l’ostéropose. Excusez du peu.

Les sources d’où elles jaillissent sont connues au moins depuis le XVIe siècle, le nom de la ville signifiant « eaux acides ». Cependant aucune exploitation n’est intervenue avant 1811, alors que la région était sous domination de l’Autriche-Hongrie, et l’activité thermale n’a vraiment pris son essor qu’à partir de 1839. C’est l’écrivain Józef Szalay qui, avec le docteur Józef Dietl (un des pionniers du thermalisme), dota la station des meilleurs équipements de soins alors existant et y invita l’intelligentsia polonaise pour la mettre à la mode. Une clientèle qui appréciait aussi sa situation à une altitude voisine de 500 m, dans une région boisée, entre les Monts Pieniny et Beskid Sadecki, ce qui lui confère un micro climat renforçant les effets de ses eaux.

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Place Dietl. Photo © Thierry Joly

Bar à eaux

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Bar à eaux. Photo © Thierry Joly

Depuis 2005, un programme de restaurations a redonné charme et aspect d’antan au coeur historique du quartier thermal, la place Dietl, entourée d’édifices au style traditionnel de la fin XIXe siècle abritant un petit musée sur l’histoire thermale de Szczawnica, un café à l’agréable terrasse et le bar à eaux où, pour seulement 25 centimes le verre, curistes et touristes peuvent déguster l’eau de six de ses douze sources. Ces sources portent toutes des noms de personnes, Helena, Jan, Stefan, Jozefina et Josef ; cette dernière est conseillée pour soigner les excès d’autres boissons et il est recommandé d’en boire trois verres par jour. Quant à Magdalena, un seul verre suffit tant elle est chargée en minéraux. Heureusement puisqu’il n’en jaillit que 10 litres par jour. Pour cette raison, c’est la seule à ne pas être disponible en cubitainer de 5 litres que les locaux et touristes de passage sont nombreux à acheter pour bénéficier de leurs vertus une fois rentrés chez eux. D’autant que leur prix est inférieur à 4 €.

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Villa du XIX e siecle. Photo © Thierry Joly

Cures : 42 types de traitements

Les cures qui utilisent ces eaux et les six autres sont dispensées dans plusieurs sanatoriums qui proposent au total 42 types de traitements : inhalations individuelles, bains à remous, bains à bulles d’ozone, bain de soufre, compresses de boue thermale, massage sous l’eau, douche écossaise, ionophorèse et magnétothérapie etc. Sous le régime communiste, la plupart ont pris le nom des ouvriers qu’ils accueillaient : le Teinturier, le Papetier, le Mineur, le Professeur, le Métallurgiste…

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Inhalatorium © Thierry Joly

Des édifices Art Déco

L’un des rares bâtiment à faire exception à cette règle est aussi le plus beau, l’inhalatorium construit en 1928 dans le style Art Déco. Doté d’un équipement moderne, mais ayant un look communiste désuet, il sera prochainement rénové. Une fois qu’aura réouvert, en 2019, le sanatorium Hutnik (le Métalurgiste) en cours de transformation en hôtel 4* de 120 chambres qui offrira soins et prestations de bien-être haut de gamme ainsi qu’un bar panoramique. Le plus bel hébergement restera néanmoins le Modrzewie Park Hotel, un boutique hôtel 5* aménagé dans une villa Art Déco construite en 1938.

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Modrzewie Park Hotel. Photo © Thierry Joly

Hôtel de classe mondiale

Ne vous fiez pas à l’austère architecture extérieure, l’intérieur est superbe, meublé et décoré avec goût, et les occupants des 17 suites bénéficient d’un spa avec piscine, jacuzzi, sauna, hammam et salles où sont prodiguées soins de bien-être ainsi que d’un restaurant gastronomique. Le tout avec un service attentionné et personnalisé qui en fait un établissement de plus en plus recherché par la jet set et la classe dirigeante du pays ainsi que par des célébrités étrangères.

Comme l’inhalatorium, il se trouve sous les frondaisons d’arbres centenaires, au sein de l’un des deux parcs qui agrémentent la station depuis le XIXe siècle. S’y niche aussi le Dworek Goscinny, ou Manoir d’Hôtes, véritable coeur culturel et pôle des activités nocturnes de Szczawnica. Un vaste et élégant édifice en bois inauguré en 1884, détruit par un incendie en 1962, et récemment reconstruit à l’identique qui abrite un jazz club et une grande salle multifonction qui accueille bals, réceptions, spectacles ou projections cinématographiques.

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica Dworek Goscinny, Manoir d’hôtes © Thierry Joly

Activités nature

Séjourner dans cette paisible ville de 7 000 habitant donne aussi l’occasion de découvrir la vie dans cette région de la Pologne ainsi que quelques maisons traditionnelles, de vieilles échoppes et des villas en bois du XIXe siècle. Dont la Willa Marta, aujourd’hui une auberge où est servi une cuisine locale traditionnelle qui dispose de quelques chambres au mobilier d’époque.
Et si vous êtes sportifs ou simplement amoureux de la nature vous trouverez dans les environs quantité de lieux où pratiquer randonnée, VTT et pêche. En hiver il y a même quelques pistes de ski. Mais l’attraction principale est bien sûr la descente de la Dunajec, rivière qui sur ce tronçon jalonnée de défilés rocheux et de gorges boisées sert souvent de frontière avec la Slovaquie. Faite sur des radeaux en bois, bien plus calme que ne suggère son nom de rafting, cette descente dure environ deux heures et fut  initiée par Józef Szalay au XIXe siècle. De nos jours, elle attire 450 000 touristes par an il est également possible de parcourir une grande partie de ces gorges à pied ou en vélo via un sentier se trouvant sur la rive slovaque.

Szczawnica, la station thermale polonaise qui monte

Szczawnica, Gorges de la Dunajec. Photo © Thierry Joly

Crédits photo : Thierry Joly