Vins & spirits

Osez la jacquère, ce cépage de Savoie a pris de la hauteur

Auteur : Thierry Joly
Article publié le 9 novembre 2020

Cépage blanc le plus commun de Savoie (il sert entre autres à élaborer l’Apremont), la jacquère souffre d’une réputation d’acidité et de simplicité liée à sa consommation en station de ski. Il faut lui donner une seconde chance depuis que des vignerons s’en servent pour produire d’excellents vins. Notre sélection.

Si vous avez dis ‘jacquère’ ?

Vignoble d’Apremont avec le Mont Granier Photo © Thierry Joly

Ce cépage blanc sert pourtant à élaborer le vin de Savoie le plus connu, l’Apremont, ainsi que ceux d’appellations voisines comme Les Abymes, Chignin, Jongieux et Cruet.

De plus, si vous en avez bu il y a déjà quelques années, peut-être n’en gardez vous pas un souvenir impérissable car les vins issus de jacquère ont pendant longtemps été le plus souvent élaborés de manière à être commercialisés et dégustés jeunes, dès l’hiver suivant, durant la saison de ski.
D’où la réputation de vins vifs, acides, légers et sans guère de complexité destinés à accompagner les fondues qui leur colle à la peau. Ne restez pas sur cette première impression

Donnez une nouvelle chance à la jacquère.

Vignoble d’Apremont avec le Mont Granier Photo © Thierry Joly

Aussi bien de jeunes vignerons que des domaines bien établis produisent des crus qui ont comme avant un degré d’alcool de 11 – 11,5° mais sont plus opulents, plus gras, plus riches et qui vieillissent aisément trois ans voire plus.

Une dégustation de vieux millésimes d’Apremont du domaine Jean Perrier & Fils a montré qu’ils s’arrondissement au fil des ans tandis qu’en bouche la pomme verte et les agrumes de leur jeunesse laissent place à des arômes d’abricots et de noix  à partir de 4-5 ans puis à des notes grillées et de miel de châtaignes au bout de 10 ans.

Les clés de cette évolution qualitative sont multiples.

Vignoble des Abymes avec le Mont Granier Photo© Thierry Joly

Des raisins récoltés plus mûrs, des rendements réduits et surtout des élevages plus longs. Illustration au domaine de Chevillard où Matthieu Noury garde ses jacquère pendant deux ans en foudre.
Même démarche chez Jean-François Quénard où les élevages durent 8 à 12 mois ou encore chez Ludovic Archer, jeune vigneron nouvellement installé qui vient de sortir son premier millésime.
Quant à Jean-Claude Masson, à Apremont,  il est renommé pour récolter ses raisins très mûrs et réaliser de nombreuses cuvées parcellaires. Car si les sols sont relativement homogènes sur Chignin et Jongieux. Par contre il n’en est pas de même sur Apremont et Les Abymes où coexistent marne, calcaire et schiste.

Une mosaïque de sols crée par une catastrophe

Vignoble des Abymes avec le Mont Granier Photo© Thierry Joly

Le résultat de l’effondrement d’une partie du Mont Granier en novembre 1248. Une catastrophe qui tua plus de 2 000 personne et déversa des tonnes d’éboulis sur le secteur, y créant une mosaïque de sols de diverses natures.
Pour le plus grand plaisir de nos papilles, les vins qui y sont produits peuvent donc avoir des caractéristiques organoleptiques différentes d’une parcelle à l’autre.

Nos Jacquères préférés

AOP Savoie

  • Domaine de Chevillard, Savoie 2018, 9 €. Vin rond et gourmand au nez de mirabelle et de fruits blancs et une bouche de pêche mûre avec de subtiles notes boisées.
  • Jean-François Quénard, Vers les Alpes 2019, 8,50 €. Vin au joli nez de pomme verte et une bouche au fruit croquant.

AOP Abymes

  • Domaine des Anges, Abymes 2019, 6 €. Vin au nez floral rehaussé de touches de mangue et une bouche légèrement beurrée sur la mangue et le pomelos rose.
  • Ravier Pascal et Benjamin, Abymes 2019, 7,95 €. Vin au nez d’agrumes avec une bouche fine et élégante où une pointe d’épice et de salinité s’ajoute aux agrumes.
  • Laurent Cartier, Abymes 2019. Vin d’une belle minéralité au nez d’agrumes avec une bouche d’un léger gras combinant agrumes et fruits blancs.
  • Domaine de Chevillard, Abymes 2016, 12 €. Vin vif et fruité au nez de pomme verte et une bouche ronde sur les agrumes additionnée d’un léger boisé.

AOP Apremont

  • Jean-François Maréchal, Apremont 2019. Vin au nez complexe de fruits blancs et exotiques à la bouche gourmande sur les fruits jaunes et les agrumes.
  • Philippe Viallet,
    • Apremont Vieilles Vignes 2018, 6,50 €. Vin vif au nez minéral et une bouche sur les fruits blancs et les agrumes
    • Château d’Apremont 2019, 9 €. Vin au nez fruité légèrement épicé et à la bouche de fruits blancs avec pointe de poivre et de gras.
  • Jean Claude Masson,
    • Mé Kouilles Apremont 2017. Vin au nez de mirabelle et une bouche sur les fruits blancs avec un peu de gras ainsi que des pointes de salinité et de minéralité.
    • La Déchirée Apremont 2018. 17 €. Vin vif très complexe au nez de fleurs blanches et à la bouche légèrement beurrée sur les agrumes et les fruits blancs.
  • Domaine de Chevillard, Apremont 2018, 14 €. Vin légèrement minéral avec une bouche sur les agrumes complétée de notes grillées et iodées.

AOP Chignin

  • Jean-François Quénard,
    • La Déroutante 2019, 18 €. Vin au nez fruité d’une belle complexité avec une bouche onctueuse oscillant entre fruits blancs et coing dont la finale offre une légère salinité ainsi qu’une pointe d’amertume rafraîchissante.
    • Anne de la Bigorre 2019, 11 €. Vin minéral au nez de fleurs blanches avec une bouche au léger gras sur les fruits blancs et une pointe de noisette grillée.
  • Domaine G & G Bouvet, Chignin Terre Blanche 2018, 7 €. Vin fin et élégant au nez de fleurs blanches et d’agrumes et à la bouche sur les agrumes et une subtile finale saline.

Nous avons aussi aimé

AOP Abymes

  • Château de la Violette, Abymes 2019
  • Adrien Vacher, Abymes 2018

AOP Apremont

  • Domaine Perrier, Apremont 2019 et 2018.
  • Château de la Violette, Apremont 2019.
  • Domaine de l’Epervière, Apremont Le Jumelles 2019.
  • Ludovic Archer, Giant Step 2019.
  • Guillaume Pin, Apremont 2019.
  • Les 13 Lunes, Apremont 2019.

AOP Chignin

  • André et Michel Quenard, Chignin Vieilles Vignes 2019.
  • Domaine Charles Bonnet 2019.

AOP Jongieux

  • Eric et François Carrel, Jongieux 2019.

AOP Cruet

  • Domaine de l’Idylle, Cruet Vielles Vignes 2019.

Partager

Articles similaires

Des Rosés 2019 hors de la Provence et des sentiers battus

Voir l'article

Vins rosés 2017 : les valeurs sûres de la Provence

Voir l'article

Les rosés 2018 des amateurs de vin

Voir l'article