Danse avec les méduses à Palau

Archipel de Micronésie, Palau recèle de superbes fonds marins où plongeurs et simples baigneurs avec masque et tuba peuvent approcher des requins, des tortues et même des méduses. Sur terre, les maisons de réunion traditionnelles, appelées bai, racontent les mythes et légendes de ces îles par leurs fresques.

Danse avec les méduses à Palau

Palau Rock Islands. Photo © Thierry Joly

Et si vous vous baigniez avec des méduses ?…. Idée extravagante et inconsciente me direz vous tant ses animaux sont réputés dangereux par les brûlures qu’ils causent. Pourtant, c’est l’activité la plus courue de Palau, archipel de plus de 300 îles et atolls pour la plupart inhabités qui émergent du Pacifique au sud-est des Philippines. Des touristes du monde entier choisissent d’y aller pour nager dans un lac où vivent des milliers de méduses qui en l’absence de prédateurs ont au fil des siècles perdu leurs filaments urticants et sont désormais inoffensives. Flotter au milieu de ces créatures translucides, se faufiler entre elles, les frôler constitue il est vrai une expérience unique, presque irréelle.

Mais rien n’est assuré, dame nature est imprévisible. Si ces méduses sont aujourd’hui de retour en nombre, elles se sont faites rares durant les deux – trois dernières années.

Danse avec les méduses à Palau

Palau Ngardmau. Photo © Thierry Joly

Un pays soucieux de l’environnement

Réchauffement des eaux dû à El Nino, pollution de l’eau résultant d’une trop grande affluence touristique… Personne n’a établi avec certitude la cause exacte de cette raréfaction temporaire. Quoi qu’il en soit, les Autorités ont pour protéger ce lieu ainsi que les récifs coralliens décidé d’interdire l’usage des crèmes solaires comprenant certaines substances toxiques dans tout le pays à compter de 2020. Passé sous domination américaine après la Seconde Guerre Mondiale, ce petit Etat n’ayant accédé à l’indépendance qu’en 1994 a fait de la protection de son environnement une priorité depuis plusieurs années déjà. Les touristes y arrivant doivent signer un serment par lequel ils s’engagent à le respecter et en 2009 il a été le premier pays au monde à faire de ses eaux territoriales un sanctuaire pour les requins et depuis 2015 toute pêche est interdite sur 80% de leur superficie.

Danse avec les méduses à Palau

Palau Bai Airai. Photo © Thierry Joly

Parmi les meilleurs spots de plongée au monde

Un paradis marin qui fait le bonheur des plongeurs assurés d’y croiser requins, barracudas, tortues, napoléons, nautiles, bénitiers géants et une myriade de poissons tropicaux. Des raies mantas sont également fréquemment visibles près du German Channel, chenal creusé dans la barrière de corail par les Allemands pour exporter le guano d’une île, et des requins baleines passent parfois dans les parages de l’Archipel. Mammifère marin herbivore devenu extrêmement rare, le dugong est quant à lui souvent observé autour du récif de Ngederrak. Même émerveillement avec les récifs coralliens qui sont d’une incroyable beauté et d’une rare richesse. En particulier en terme de corail mou et de gorgones qui transforment certains tombants comme le Big Drop Off en de véritables forêts sous marines ayant peu d’équivalents au monde. Vous n’êtes pas plongeurs ?… Ne vous inquiétez pas, la visibilité avoisinant la plupart du temps les 30 m vous pourrez profiter pleinement du spectacle même en n’étant équipé que d’un masque et d’un tuba dans les secteurs où le récif est peu profond.

Des centaines d’îles inhabitées

Notamment dans les Rock Islands un ensemble d’environ 250 îles kartisques inhabitées aux formes de champignons couvertes d’une végétation luxuriante qui sont baignés par des flots cristallins. Curiosité géologique, une cinquantaine recèle en outre de petits lacs marins formés par infiltration de l’eau de mer à travers la roche calcaire et c’est l’un d’entre eux qui abrite les célèbres méduses. Un vol en hélicoptère ou en avion donne une superbe vue d’ensemble de cet univers mi-aquatique, mi-terrestre tandis qu’une excursion en bateau vous emmènera sur divers sites dont Milky Way, ainsi nommé car une argile blanche réputée avoir des vertus bienfaisantes pour la peau tapisse le fond de cette petite baie. Une pause bien être obligatoire. Mais pour découvrir tous les secrets, toutes les merveilles des Rock Islands, rien de mieux qu’une balade en kayak qui vous permettra de pénétrer dans des grottes, d’aborder de minuscules plages, d’approcher silencieusement oiseaux et tortues.

Danse avec les méduses à Palau

Palau Babeldaob. Photo © Thierry Joly

Petit tour dans la jungle

Ces embarcations sont également le meilleur moyen pour pénétrer au coeur des mangroves qui alternent avec plages quasi désertes sur la côte de Babeldaob où vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un des crocodiles qui s’y cachent.

Cette île, la plus grande de l’Archipel, dont le tour se fait toutefois aisément en une journée, est l’endroit où aller si vous voulez pimenter votre séjour d’une balade dans la jungle qui y couvre encore une large part des terres. En bateau ou à pied, comme vous préférez, avec pour vous rafraichir ensuite une baignade au pied de la cascade de Ngardmau qui surgit au milieu de la végétation luxuriante. Terrasses et allées en terre ou pavées, autels sacrificiels, tombes et autres vestiges archéologiques peu spectaculaires à l’exception des mégalithes du site de Badrulchau apportent en outre un timide éclairage sur le passé lointain des Paluans arrivés des Philippines ou d’Indonésie il y a 3 000 ans.

Mythes et légendes

Leur mythologie et leurs légendes se dévoilent sur les pignons et les poutres intérieures des deux plus belles bais, maisons traditionnelles où les Anciens se réunissaient pour débattre des affaires du village. De véritables livres à ciel ouvert qui transmettaient les mythes de génération en génération dans cette société à la tradition orale. Si l’une, à Aimelik, est une reconstruction moderne, copie exacte d’une précédente, l’autre, à Airai date de la fin du XIXe siècle. Dans ce village, comme un peu partout dans l’Archipel, s’élèvent aussi les ruines de bâtiments de l’armée japonaise qui avait fait de Palau l’une de ses principales bases dans le Pacifique, le Japon ayant pris la succession de l’Allemagne comme maître des lieux en 1918. A l’automne 1944, 13 000 soldats nippons et américains périrent lors de terribles combats sur l’île de Peleliu; la plus au Sud, où un musée rappelle ces affrontements.

Danse avec les méduses à Palau

Palau Bai Airai. Photo © Thierry Joly

Le Parlement Capitole de Ngerulmud

Pour terminer cette escapade sur Babeldaob, ne manquer surtout pas d’aller jeter un oeil à Ngerulmud, hameau de 271 habitants qui depuis 2006 peut se prévaloir d’être la plus petite capitale au monde. Mais pas la moins grandiose. Alors que le pays ne compte qu’un Congrès de 16 membres et 13 sénateurs, son parlement est un gigantesque bâtiment inspiré du Capitole de Whashington !!!! Un exemple frappant de gabegie étatique et de folie des grandeur des hommes politiques. Auparavant, le gouvernement paluan siégait à Koror, centre économique et touristique de l’Archipel où résident 12 000 de ses 21 000 habitants et qui concentre la majeure partie des hôtels et des restaurants. Hormis cela, la ville ne présente guère d’intérêt si ce n’est les collections relatives à l’histoire et la culture du pays qu’abritent le musée Etpison et le musée national Belau dont le jardin abrite une reconstruction de bai. Mais qu’importe, si on va à Palau c’est pour sa nature et ses fonds marins.

Danse avec les méduses à Palau

Le parlement à Palau Ngerulmud. Photo © Thierry Joly