Gastronomie

Le Grand Bistrot de Noël revient du 11 au 15 décembre 2023 grâce aux 25 bistrots sélectionnés par le guide Lebey

Auteur : Olivier Olgan
Article publié le 6 décembre 2023

Avec L’Excellence gastronomique, Le Grand Bistrot de Noël est l’un des deux grands évènements organisés par le Guide Lebey. Il est conçu comme une ode à la gastronomie et à la solidarité des chefs à la veille des fêtes. Pour cette édition 2023, 25 bistrots associés – sélectionnés parmi les mieux notés – ouvrent leurs portes aux Parisiens durant la semaine du 11 au 15 décembre. Le principe est simple qui fait le succès de cette convivialité bienveillante : un menu unique réalisé à partir de produits phares des fêtes à un prix fixe de 65 euros, vins et café compris avec 5 euros reversés à Mission Enfance. Pour faire la fête et avant les fêtes, et découvrir de nouvelles adresses chaleureuses par leur table et l’esprit qui anime leurs équipes, mais n’oubliez pas de réserver, les places sont limitées !

25 menus à prix fixe pour partager les saveurs de Noël

25 occasions de découvrir le meilleur de la bistronomie parisienne et une belle action avant les fêtes ! Le Guide Lebey signe un de ses plus événements pour les amateurs de gastronomie, qui ne mettent pas uniquement leurs cœurs dans leurs assiettes. Pour venir en aide aux actions engagées par l’association, Une partie des recettes des dîners du Grand Bistrot de Noël sera reversée à Mission Enfance.

Mission Enfance est une Organisation de Solidarité Internationale fondée en France et en Principauté de Monaco dédie son action depuis 1991 à l’enfance en détresse avec un objectif prioritaire : favoriser la scolarité des enfants dans des régions isolées du monde.

Les critères de sélection des bistrots participants

    • Être référencés dans l’édition 2023 du guide Lebey parmi les bistrots proposant « une très bonne cuisine de bistrot » (2 cocottes) ou faisant partie des « meilleurs bistrots de Paris » (3 cocottes).
    • Proposer un menu unique réalisé à partir de produits phares des fêtes associé aux vins et alcools emblématiques de la culture bistrot sélectionnés par les experts Bettane + Desseauve : Champagne Lombard, Domaine Schlumberger (Alsace), Château Haut-Carles 2019 (Bordeaux)
    • Un  prix unique 65€ vins et café compris avec 5 euros reversés à notre partenaire Mission Enfance

Avec, chaque soir du lundi 11 au vendredi 15 décembre, des rendez-vous qui honorent le talent des 25 bistrots recommandés par le guide Lebey (3 ou 2 cocottes) accompagnés du commentaire de ses rédacteurs.

L’agenda du Grand Bistrot de Noël 2023

Lundi 11 décembre

La Grande Brasserie, 6, rue de la Bastille, Paris 4e (métro : Bastille) : « Cette Grande Brasserie a gardé sa patine et surtout sa joie de vivre. Dans les assiettes, les classiques intemporels recréent avec magie l’effervescence des cuisines d’un tel registre, comme l’œuf mayonnaise qui a remporté le Championnat du monde de l’œuf mayo 2022. Au déjeuner comme au dîner, les tables savourent cette parenthèse intemporelle, le ton monte vite, les bonnes bouteilles trouvent vite preneur et la vie parisienne reprend le dessus comme une bonne tranche de vie. À savourer sans attendre »

Menu du Diner d’ouverture du Grand Bistrot de Noël,
Gougères
Pâté en croûte, canard, échalote et poivre vert
Joue de bœuf braisée au vin rouge, purée de potimarron
Baba au rhum des Barbades et chantilly

Mardi 12 décembre

Oh Vin Dieu, (2 cocottes) 19, rue Treilhard, 7e (métro : Saint-Augustin – Miromesnil) : « En cuisine, le chef ancien de Muxu a élaboré une carte changeant aussi souvent que possible et inspirée des saisons. Il ne manque plus que les ronds de serviette pour prendre ici ses habitudes.»

Auberge Pyrénées Cévennes (3 cocottes), 106, rue de la Folie-Méricourt, Paris, 11e (métro : République) : « Elle nous enterrera tous… L’auberge peut changer de proprio ou de chef, elle ne sort pas de sa capsule temporelle. La carte est à classer entre L’Art de la Cuisine de Marie-Antoine Carême et le Grand Dictionnaire de Cuisine d’Alexandre Dumas ».

Chez Savy, (2 cocottes) 23, rue Bayard, Paris 8e (métro : Champs-Élysées Clémenceau) : « Ce bistrot presque centenaire fait mieux que résister jusqu’à devenir la référence de tout un quartier, voire même des Champs-Élysées si proches. La carte cultive avec application une cuisine bourgeoise servie avec générosité dans une ambiance restée authentique ».

Escudella, (3 cocottes) 41, avenue de Ségur, Paris 7e (métro : Saint-François-Xavier, Duroc) «L’adresse sait recevoir. En cuisine, des chefs réputés sérieux ont jusque-là veillé sur sa destinée, Bruno Deligne, Flora Mikula ou Paul-Arthur Berlan pour ne citer qu’eux… Jusqu’à l’arrivée de Rémi Poulain que l’on découvre restaurateur autant que chef accompli et exigeant ».

Bruno Doucet dans les cuisines de la Régalade Photo Cécile d’Orville

Polissons, (3 cocottesMeilleur bistrot de l’année 2017) 35, rue Ramey (métro : Jules Joffrin – Château Rouge) « Depuis 2017, date à laquelle Romain Lamon recevait le prix Staub Lebey du «meilleur bistrot de l’année», il ne s’est pas reposé sur ses lauriers, loin de là. L’adresse se montre toujours aussi accueillante. L’essentiel se passe pourtant dans l’assiette : avec d’un côté des plats construits autour de jeux de textures ou de saveurs et de l’autre un registre plus bourgeois avec un poulet rôti de compétition ».

Régalade Saint-Honoré, (2 cocottes) 6, rue Saint-Honoré, Paris 1er  (métro : Louvre-Rivoli) : « Le mode d’emploi est immuable : menu carte en trois services (nombreuses propositions), installé pour une saison. Beaux produits et cuissons parfaites ».

Narro, (2 cocottes) 72, rue du Cardinal Lemoine (métro : Cardinal Lemoine) : « Dans les assiettes, toutes généreuses, un travail évident dans la recherche et l’associations des produits. La technique se montre sans faille. Même bonheur en salle, avec un duo tout en gentillesse et un accompagnement du client du début jusqu’à la fin du repas.»

Ascension, (3 cocottes) 67, rue de Clichy, Paris 9e (métro : Place de Clichy) :  « Ancien compagnon de route de Yannick Alleno, Amar Chalal a ensuite pris la route pour explorer le monde pendant quatorze mois, avant de s’installer ici à son compte. Une réussite ».

Mercredi 13 décembre

Maison Cluny, (3 cocottesMeilleur bistrot de l’année 2013), 3, rue de Cluny (métro : Cluny – Sorbonne) : « Ils sont de retour. Franck Bellanger et Mathieu Nadjar qu’on a aimés au Cornichon – prix Staub Lebey du meilleur bistrot 2013 – ont ouvert cet élégant bistrot. Les ris de veau restent toujours incontournables ».

Clutch, (3 cocottes) 62, rue de Montreuil, Paris 11e (métro : Rue des Boulets) : « Clutch marque par la maturité de sa cuisine. Et pour cause, aux manettes officie un ancien de chez Pierre Sang, Pierre Rieder, ici ami-associé avec Maxime Merienne, proprio d’un bar contigu aux restaurants du talentueux chef aux racines coréennes. Bref, l’adresse est plus que prometteuse ».

Chez René, (2 cocottes), 14, boulevard Saint-Germain (métro : Jussieu – Maubert-Mutualité – Cardinal-Lemoine) : « Dans les deux salles claires aux murs couverts d’affiches de galeristes, une carte, immuable, déroule les classiques de brasserie. Les assiettes sont particulièrement copieuses, le service aux petits oignons ».

Le Marloe, (3 cocottes), 12, rue du Commandant Rivière, Paris 8e (métro : Saint-Philippe du Roule) : « Dans ce bistrot chic et élégant, on cultive un savoir-vivre certain où vins choisis et cuisine canaille jouent les bons camarades ».

Wadja, (2 cocottes) 10, rue de la Grande Chaumière, Paris 6e (métro : Vavin) :  « Cette adresse historique de Montparnasse, lancée en 1942 par un Polonais, a gardé son décor. On s’y sent bien. En cuisine, un jeune chef aux solides connaissances, cuissons réussies pour les poissons, viandes ou légumes, et parfaite maîtrise des sauces ou jus. Les assiettes, généreuses, jouent d’un tel savoir-faire et mêlent textures ou assaisonnements toujours bienvenus pour des notes gourmandes ou appétissantes. »

L’Évadé, (2 cocottes), 23, rue Clauzel (métro : Saint-Georges) : « Dans ce lieu un poil baroque, un jeune chef au métier bien présent, ayant assimilé certaines tendances actuelles, tout en restant dans un certain conventionnel dont on ne se plaindra pas dans la mesure où la garniture végétale est originale et soignée ».

Janine, (3 cocottesMeilleur bistrot de l’année 2024), 90, rue des Dames (métro : Villiers – Rome) : « Janine a son portrait dès l’entrée. Elle peut être fière de son petit-fils Thibault qui, à trente ans à peine passés, a ouvert ce bistrot, désormais récompensé du Prix Staub Lebey du meilleur bistrot 2024 en partenariat avec le champagne Palmer & Co. En souvenir des tablées familiales et de la cuisine généreuse et appliquée qu’aimait proposer cette grand-mère bretonne. Au menu, des classiques que Hitoshi Minatani met en scène avec des clins d’œil contemporains bienvenus ».

Jeudi 14 décembre

Café des Ministères, (3 cocottesMeilleur bistrot de l’année 2020) 83, rue de l’Université, Paris 7e (métro : Assemblée nationale) : « Passés par les grandes maisons, Jean et Roxane Sévègnes revendiquent une même exigence. Jean réussit dans un espace réduit à confectionner tout lui-même. Son vol-au-vent au début à la carte fait désormais partie du menu quelle que soit la saison. Impensable de ne pas goûter au moins une fois à ce chef d’œuvre de la cuisine classique ».

Belhara, (3 cocottesMeilleur bistrot de l’année 2011), 23, rue Duvivier, Paris  7e (métro : École Militaire – La Tour-Maubourg) : « Un bistrot dans toute sa splendeur : décoration à l’ancienne aussi désuète que charmante, service remarquable de gentillesse et de naturel et cuisine tout en réconfort ».

Bistrot de Paris (2 cocottes), 33, rue de Lille, Paris 7e (métro : Rue du Bac) : « À la faveur de quelques mois de fermeture, ce bistrot historique a retrouvé son panache et ses envies. Un propos culinaire plus que convaincant, un service et des garçons de salle 100% authentiques et une ambiance parisienne, à savoir policée et enjouée ».

La Table du chef d’Habile est un endroit privilégier pour déguster le menu découverte d’Eric Photo OOlgan

Capitaine, (3 cocottes – Meilleur bistrot de l’année 2018) , impasse Guéménée Paris 4e (métro : Bastille – Saint-Paul) : « Capitaine tient le cap avec talent. Le chef Baptiste Day joue avec les herbes, les couleurs, les textures. Son passage à l’Ambroisie voisine, à l’Astrance, à l’Arpège et son travail avec Tatiana Levha se retrouvent dans ses assiettes ».

Habile, (2 cocottes), 16, rue de Lancry, Paris 10e (métro : Jacques-Bonsergent) « Éric Fontanini possède une forte personnalité, vite gouailleuse. Il défend une cuisine simplifiée car respectueuse du produit jusqu’à passer des heures à vous raconter ses bons faiseurs et ses artisans qu’il gère pour la plupart en direct. De plus en plus rare à Paris, c’est bien une expérience qu’on vous invite ici à partager. Haute en couleurs et en saveurs ».

Vendredi 15 décembre  

Café Max, (2 cocottes) 7, avenue de La Motte-Picquet, Paris 7e (métro : La Tour-Maubourg) « Dans cette artère impersonnelle du chic quartier, un refuge, mieux une aubaine pour se retrouver, avoir ses habitudes et, peut-être, son rond de serviette. Julio, ou Barry de son nom d’artiste, accueille avec un même allant, fait ses aller et retour marathoniens entre salle et cave d’un sous-sol à peine accessible. En cuisine, Régis Letourneur complète chaque jour les incontournables de la carte de ses dernières inspirations du moment ».

Jouvence (3 cocottes) 172 bis, rue Faubourg Saint-Antoine, Paris 12e (métro : Faidherbe-Chaligny) ! « Superbe écrin pour ce bistrot que cette ancienne pharmacie dont on a intelligemment préservé les boiseries. Plaisir des yeux donc et du palais, grâce à la précision des assiettes du chef, toujours séduisantes, jamais aventureuses ».

Minet Galant, (2 cocottes) 8, rue Monsigny (métro : Opéra, Quatre Septembre)« Un gourmand a besoin de repères. Il est ici certain de retrouver tout au long de l’année ou presque l’une des meilleures frisées aux lardons de Paris, terrine de campagne ou échine de porc confite. Le propriétaire maîtrise haut la main le registre avec, il est vrai, un papa traiteur charcutier ».

Ces adresses sont rotes à découvrir pour leur table, et la générosité de leur chef et de leurs équipes, ce qui en dit déjà beaucoup sur la qualité de leur gastronomie.

#Olivier Olgan

Aller plus loin avec le guide Lebey

Suivre les conseils du Guide Lebey

du 11 au 15 décembre, Le Grand bistrot de Noël, 25 bistrots proposent leur menu au prix fixe de 65 euros, vins et café compris avec 5 euros reversés à l’ Organisation de Solidarité Internationale Mission EnfanceN’oubliez pas de réserver !

avec deux temps forts  à retenir :

  • 11 décembre 2023 : Le dîner d’ouverture à La Grande Brasserie, Paris 4
    avec au programme une tombola et de nombreuses surprises.
    Exceptionnellement le dîner sera au prix de 72 € avec une partie des fonds reversés à l’association Mission Enfance
  • 13 décembre 2023 : Une journée gourmande et festive à la Vallée Village, partenaire de cette édition.
    En réservant votre déjeuner de Noel au Menu Palais, la Vallée Village vous offre votre journée de shopping VIP avec Navette venant vous chercher dans Paris, déjeuner de fêtes, pass VIP, réduction…

Partager

Articles similaires

Glenorchy, un reflet démesuré de rêves (Nouvelle Zélande)

Voir l'article

Au fond du Val d’Hérens, Evolène maintient ses traditions dans le Valais Suisse

Voir l'article

Les meilleurs hôtels pour un week-end proche de Paris (selon Yonder.fr)

Voir l'article

Partir à la découverte des vins Gris AOP 100% Pineau d’Aunis

Voir l'article