Culture

Palo Alto, le concert improbable de Thelonious Monk

Auteur : Ezéchiel Le Guay
Article publié le 25 septembre 2020

[Une pépite pour aimer le jazz] Un concert inédit de Thelonious Monk (1917-1982) enregistré en 1968 au Palo Alto High School est enfin publié par le label Impulse! (Decca). Après une magnifique décennie créative qui le propulse au sommet, comment est-il possible que ce géant du piano jazz ait pu se retrouver au lycée de Palo Alto, l’année de l’assassinat de Luther King ?  

Le rêve fou d’un jeune lycéen

Octobre 1968. Les tensions raciales sont exacerbées aux Etats Unis. Martin Luther King vient d’être assassiné en avril. Au Palo Alto High School, il n’y a que des élèves blancs. La ville limitrophe, Est Palo Alto, est habitée par la communauté afro-américaine. Malgré ce contexte tendu, le jeune Danny Scher souhaite avec l’argent de son 17ème anniversaire, réaliser deux rêves : faire venir le quartet de Thelonious Monk au lycée et ainsi réconcilier les communautés. Crânement, il appelle directement le manager du pianiste pour lui en faire sa demande. Contre toute attente, ce dernier accepte pour 500$.

Un coup de poker

Pour couvrir le cachet et remplir la salle, le jeune adolescent va chercher à vendre des tickets dans son lycée et au-delà, à East Palo Alto où il colle des posters. Pour autant, Danny Scher n’arrive pas à convaincre qu’il vient de dégoter un contrat avec un monument du jazz. Quasiment personne ne veut acheter de ticket sans avoir une preuve qu’il viendra. Il en est réduit à demander aux intéressés de venir sur le parking et d’acheter leurs places à l’arrivée de l’artiste.

En ce dimanche du 27 octobre 1968, le quartet de Thelonious Monk, conduit par le frère de Danny, ne fera pas défaut. C’est alors la ruée ; le concert peut avoir lieu. Les 350 places de l’auditorium sont pleines à craquer. C’est véritablement la première expérience interraciale du lycéen et de son bahut. Et un live historique enfin disponible.

Un concert mémorable

Accompagné de son saxophoniste Charlie Rouse, du contrebassiste Larry Gales et du batteur Ben Riley, Monk livre un grand concert. Le tempo est souvent plus rapide que dans les enregistrements précédents. Ce sont majoritairement ses compositions déjà connues qui sont jouées, telles que Ruby, My Dear, Well, You Needn’t ou encore Epistrophy. Le style du maître se reconnait instantanément : brutal et sauvage.

En 2005 en faisant écouter son enregistrement au fils de Thelonious Monk, Scher lui dit sans risque d’être contredit : « J’ai écouté Monk toute ma vie et l’énergie était ce jour là définitivement plusieurs degrés au-dessus de ce que j’entendais sur les enregistrements [en studio]. »

De quoi Monk est-il le nom au juste ?

Si sa musique commence à faire parler d’elle en 1941 c’est grâce à sa personnalité forte et la musique déjà très achevée qu’il propose. Il participe à la naissance du be-bop (voir singulars) et en fait son succès, surtout à partir de 1945. Sauf qu’à la différence de Charlie Parker et Dizzie Gillespie, il reste dans l’ombre. C’est un trait essentiel de sa personnalité atypique : il est très solitaire et sa musique est difficile à mettre dans une quelconque catégorie. Elle n’est clairement pas orthodoxe, elle sort des carcans traditionnels. Tout est assez déroutant, le style n’est pas particulièrement élégant ni éloquent, les dissonances ne sont pas rares, les rythmes sont décalés par rapport à ce qu’on entend habituellement. Monk est un mystère, un musicien inimitable qui choque et bouleverse la scène musicale qui ne se perd pas dans les fioritures, il va à l’essentiel.

Pour preuve, cet enregistrement de Round Midnight joué lors d’un concert donné avec Charlie Rouse en 1963. A son habitude, son style dérange, gratte l’oreille, interroge. Ses doigts tous tendus frappent fort les touches de son piano, ils le martèlent.

Un héritage toujours présent

Difficile de résister à cette version de Round Midnight, jouée par le regretté Michel Petrucciani (1962-1999) :

Et plus récemment, par Joey Alexander, le prodige précoce indonésien né en 2003 dont Singulars a déjà parlé :

Pour aller plus loin avec Monk

Palo Alto, Edition Limitée, CD & LP, Label Impulse!

Lire

  • Laurent de Wilde, Monk (1997 Folio).

Ecouter

  • Laurent de Wilde, New Monk Trio (2017) pour fêter le centenaire de Monk
  • Podcast sur TSF Jazz

Partager

Articles similaires

Laurent Coulondre, Victoire du Jazz 2020, rend hommage à son maître Michel Petrucciani

Voir l'article

Le mythique label Blue Note Records réinvente son prestigieux patrimoine

Voir l'article

Charlie Parker, la révolution du bebop

Voir l'article

Trois bonnes raisons d’aller écouter du Jazz à la Villette début septembre

Voir l'article